"La digitalisation n'est pas toujours synonyme de réduction d'effectifs"

24/04/18 à 09:55 - Mise à jour à 09:55

Source: Belga

Les nouvelles technologies auront un effet bénéfique sur l'emploi d'après un employeur belge sur quatre, selon l'étude "Révolution des Compétences 2.0" publiée mardi par ManpowerGroup. Par ailleurs, 66% des employeurs belges prévoient de maintenir leurs effectifs au cours des deux prochaines années face à la digitalisation.

"La digitalisation n'est pas toujours synonyme de réduction d'effectifs"

© PrettyVectors (iStock)

L'étude a été menée auprès de 20.000 employeurs, dans 42 pays, dont la Belgique. Sur la totalité des pays sondés, 34 recensent un plus grand nombre d'entreprises qui estiment que les nouvelles technologies auront un effet bénéfique sur l'emploi. Les employeurs les plus optimistes à l'égard de l'automatisation sur l'emploi se trouvent en Amérique latine et aux Etats-Unis. A l'opposé, ce sont les entreprises d'Europe de l'Est, des pays scandinaves et de Hong Kong qui se montrent plus circonspectes face à l'avenir.

Ces résultats posent "un constat sans équivoque: la digitalisation n'est pas systématiquement synonyme de réduction d'effectifs pour les entreprises, même si l'impact varie fortement selon les secteurs et les métiers", explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup Belux.

Manpower souligne toutefois que "la réussite ne dépendra plus nécessairement d'un diplôme, mais plutôt de la capacité à tirer profit de la technologie, de s'adapter et d'apprendre en permanence". Baptisées 'soft skills', ces compétences s'avèrent toutefois les plus difficiles à trouver, en particulier la résolution de problèmes (48%), l'organisation (40%) et la communication (31%).

Nos partenaires