La CSC fustige la politique des partis de droite à l'occasion du Rerum Novarum

23/05/17 à 20:36 - Mise à jour à 20:38

Source: Belga

(Belga) Le président de la CSC, Marc Leemans, a durement fustigé, mardi soir, la politique libérale et la concurrence entre les partis de droite "toujours plus à droite, et de plus en plus populistes", à l'occasion du rassemblement annuel du mouvement ouvrier chrétien en Flandre, le Rerum Novarum.

Selon le syndicaliste, le retour au XIXe siècle a sonné: les riches deviennent plus riches sans rien faire, alors qu'on ne devient pas riche en travaillant, et les taxes sont à nouveau diabolisées, remarque M. Leemans. "Le mantra libéral qui prévaut gronde 'moins d'impôts, moins d'autorité, moins de règles'. Mais leurs recettes teintées de bleu pour un meilleur monde sont des recettes provenant de l'antiquité et d'une époque très inégale." La présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, en particulier en prend pour son grade. Celle-ci avait encore critiqué les syndicats, qui constitueraient une entrave au progrès, lors de la présentation de son nouveau livre. "Allez expliquer ça aux nombreuses personnes qui accomplissent un 'McJob' ou qui subissent la 'rat race' (course sans fin) de jobs intenables", a souligné le président de la CSC lors de son discours à Heusden-Zolder. Tous les partis de droite sont sous le feu des critiques de Marc Leemans. "La droite est engagée dans une concurrence qui crée une spirale vers le bas. De plus en plus à droite, toujours plus populiste. Contre les musulmans, contre les gens d'origine étrangère, contre les migrants. De plus en plus xénophobe, et flirtant davantage encore avec le racisme enragé et toujours plus haineux." Le gouvernement écope d'un mauvais rapport. "Nous ne sommes pas du tout fiers du palmarès socio-économique et fiscal de ce gouvernement. Il est particulièrement injuste", estime encore Marc Leemans. Le syndicat note l'inégalité existante et martèle la nécessité d'une fiscalité équitable. "Même l'OCDE et le FMI, qui ne sont pas nos meilleurs amis, ont récemment pointé la Belgique pour notre fiscalité injuste et demandé d'introduire une taxe sur les plus-values." (Belga)

Nos partenaires