La BEI accorde un prêt de 550 millions d'euros à Ores

07/03/18 à 13:24 - Mise à jour à 13:24

Source: Belga

La signature protocolaire d'un prêt de la Banque européenne d'investissement (BEI) à Ores, pouvant atteindre 550 millions d'euros, a eu lieu mercredi à Namur, en présence du ministre wallon de l'Energie, Jean-Luc Crucke.

La BEI accorde un prêt de 550 millions d'euros à Ores

© Sierakowski©Isopix

Ores est le premier gestionnaire de réseaux de distribution (GRD) belge à bénéficier du soutien de la BEI. Il s'agit du troisième montant le plus important octroyé à un acteur belge depuis le traité de Rome.

Conformément aux règles européennes, ce prêt ne peut couvrir que 50% des investissements prévus. Ce ne sont donc pas moins d'1,15 milliard d'euros qui seront consacrés entre 2018 et 2022 pour "la maintenance, la modernisation et le développement des réseaux de distribution d'électricité et de gaz naturel".

La mobilisation des fonds s'opérera par tirage sur une durée de cinq ans et ils seront remboursés, à taux fixe ou variable qui n'ont pas été dévoilés, sur une durée maximale de 20 ans. Un premier tirage de 150 millions a déjà eu lieu, "la meilleure opération jamais réalisée par Ores", selon l'administrateur délégué du GRD Fernand Grifnée.

Outre l'aspect financier, ce prêt à Ores est également une belle reconnaissance de la santé, de la gouvernance et du projet de l'entreprise, selon ses représentants. "On ne fait pas un prêt de plus d'un demi-million d'euros sans la confiance", a pour sa part estimé le ministre Jean-Luc Crucke.

Le directeur et chef des opérations de la BEI, Jean-Christophe Laloux, a confirmé "la capacité" d'Ores "à planifier et exécuter son projet". "Cet accord de la BEI vaut tous les ratings du monde", s'est réjoui Fernand Grifnée.

Un quart des montants désormais alloués seront consacrés à des investissements "verts": raccordements de productions renouvelables, construction de bâtiments peu énergivores ou encore investissements dans des systèmes permettant la réduction des pertes électriques sur le réseau.

Un aspect essentiel aux yeux de la BEI. "Des réseaux de distribution d'énergie sûrs et performants, adaptés à l'influx croissant d'énergies renouvelables et à des consommations nouvelles seront la pierre angulaire de la transition énergétique, indispensable dans la lutte contre le changement climatique", a appuyé Pierre-Emmanuel Noël, représentant pour les opérations BEI en Belgique. Pour la banque, le projet industriel d'Ores est également "important pour l'économie réelle et la relance économique de la Région".

Nos partenaires