L'obligation de débarquement des poissons pèse sur le secteur belge de la pêche

15/02/17 à 04:32 - Mise à jour à 05:35

Source: Belga

(Belga) Le secteur belge de la pêche traverse actuellement une période difficile en raison de l'obligation européenne de débarquement des poissons, en vigueur depuis 2015, fait-il savoir mardi avec Visgro, l'association professionnelle des grossistes en poissons. Tous deux demandent d'urgence à l'Europe des ajustements à la réglementation.

Cette obligation de débarquement, qui prévoit que tout ce qui est sorti de la mer doit être ramené à terre, avait initialement été créée pour protéger les stocks de poissons et lutter contre les déchets alimentaires. Auparavant, les prises de poissons accessoires étaient rejetées à l'eau au large. La mesure risque cependant d'échouer dans tous ses objectifs. La rentabilité économique baisse car il y a désormais beaucoup moins d'espace à bord des bateaux et que ceux-ci doivent dès lors revenir à terre plus souvent. En outre, beaucoup de jeunes poissons sont pêchés et ne sont pas adaptés à la consommation. Dans le meilleur des cas, on en fait alors de la farine de poisson. Ce jeune élevage pèse également sur les quotas totaux de pêche. Au final, certaines zones sont rapidement fermées à l'exploitation. "L'obligation de débarquement est devenue obsolète. Les pêcheurs font leur travail depuis des années en ayant une forte conscience écologique", soutient Maarten du Bois, président de Visgro. "De nombreux efforts ont été réalisés ces dernières années pour pêcher de façon durable." L'objectif d'augmenter le stock de poissons est lui aussi dépassé, selon le secteur. Les jeunes spécimens qui sont extraits de la mer sont en fait condamnés à mort et n'ont pas la chance de pouvoir grandir, voire de se reproduire. "Initialement, l'idée était bonne", confirme le député européen Tom Vandenkendelaere (CD&V), qui remettra la problématique à l'agenda politique européen. "Il est évident que les mesures doivent subir quelques modifications. Nous ne pouvons de toutes façons pas rester sourds et devons écouter les besoins du secteur." Vient enfin s'ajouter à ce constat la menace des conséquences du Brexit et le risque que les pêcheurs belges ne puissent plus exercer leur activité dans les zones de pêche britanniques. (Belga)

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires