L'Iran sur le point de reprendre ses exportations de pétrole vers l'Europe

15/02/16 à 20:28 - Mise à jour à 20:28

Source: Belga

(Belga) L'Iran est sur le point d'envoyer son premier chargement de pétrole vers l'Europe après la fin des sanctions économiques internationales intervenue à la mi-janvier, a rapporté lundi l'agence Shana du ministère iranien du Pétrole.

Un premier pétrolier est en train d'être chargé sur l'île de Kargh dans le Golfe et doit emporter deux millions de barils de pétrole pour le compte de la Compagnie française Totale, selon Shana. Deux autres pétroliers emporteront chacun un million de barils de pétrole pour la compagnie espagnole Cepsa et un autre million pour la compagnie Russe Lukoil, toujours selon l'agence. "Le chargement des trois pétroliers sera achevé dans les 24 heures", avait annoncé dimanche Pirouz Moussavi, responsable des terminaux pétroliers du pays, cité par l'agence Shana. "Au cours des quatre dernières années, aucun chargement de pétrole n'avait été envoyé vers l'Europe à cause des sanctions injustes contre notre pays", a-t-il ajouté. En effet, les pays de l'Union européenne et les Etats-Unis avaient renforcé début 2012 les sanctions économiques contre l'Iran à cause de son programme nucléaire, ce qui avait contraint l'Iran de cesser ses exportations pétrolières vers l'Europe. Ces dernières années, les exportations iraniennes ont été ramenées de plus de 2,2 millions de barils par jour à environ un million. Depuis 2012, l'Iran exportait exclusivement vers quelques pays asiatiques notamment l'Inde et la Chine. L'entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire et la fin d'une grande partie des sanctions internationales permettent à l'Iran de reprendre ses exportations vers l'Europe. L'Iran, qui produisait fin 2015 quelque 2,8 mbj de pétrole, a annoncé, après la fin des sanctions, une augmentation de sa production quotidienne de 500.000 barils, et donc de ses exportations, et une nouvelle augmentation de 500.000 barils d'ici six à 12 mois. L'Iran veut récupérer ses parts de marché avec la fin des sanctions internationales mais le surplus de pétrole iranien mis sur un marché déjà saturé pourrait provoquer une nouvelle baisse des prix. (Belga)

Nos partenaires