L'inquiétude grandit chez Brussels Airlines

27/09/12 à 16:39 - Mise à jour à 16:39

Source: Trends-Tendances

Confrontée à la crise, Brussels Airlines soumettra demain un nouveau plan d'économies à son conseil d'administration. Et la menace d'une vague de licenciements est toujours bel et bien réelle.

L'inquiétude grandit chez Brussels Airlines

© Image Globe

Les mauvaises nouvelles ne sont jamais bonnes à annoncer. Surtout chez Brussels Airlines. Alors, on joue sur les mots. Au terme "restructuration", le président du conseil d'administration préfère le mot "adaptation", mais le résultat s'avère au final "plus ou moins" le même : des employés sont invités à lâcher du lest sur leurs conditions de travail actuelles (en acceptant par exemple un passage au temps partiel et donc la diminution de leur salaire), au risque d'être tout simplement contraints à quitter l'entreprise si cette "adaptation" ne leur convient pas.

Lesinformations publiées hier sur notre site n'ont visiblement pas plu à Etienne Davignon qui les a qualifiées de "fantaisistes". Pourtant , elles émanent de sources fiables gravitant autour du plan d'économies "Beyond 2012-2013" et qui affirment que, "dans le pire des cas", ce sont bien 700 emplois qui sont réellement "en péril". Et même si ce ne sont pas tous exclusivement des licenciements secs, la menace est réelle, qu'il s'agisse de ces 159 contrats à durée déterminée qui n'ont pas été renouvelés ou de la mise à la prépension d'une partie du personnel vieillissant. Bref, on joue sur les mots pour atténuer l'inquiétude grandissante au sein de la société où une partie du personnel redoute toujours d'être purement et simplement licencié.

Un nouveau plan plus exigeant

Le conseil d'entreprise de Brussels Airlines qui s'est tenu ce jeudi ne va d'ailleurs pas calmer les appréhensions des 3.500 employés de l'entreprise. Pour rappel, la compagnie a enregistré une perte de 84 millions d'euros en 2011 et le déficit devrait dépasser les 100 millions cette année. Comme Lufthansa (qui détient 45 % du capital) n'est pas pressé de reprendre le solde (55 %) des parts, la direction actuelle se retrouve donc face à un réel problème de recapitalisation.

Du conseil d'entreprise réuni ce jeudi, les syndicats ont donc appris qu'un nouveau plan, demandant encore de plus grands efforts que le plan d'économies actuel "Beyond 2012-2013", était sur la table. Un nouveau plan qui sera soumis à l'approbation du conseil d'administration ce vendredi et qui devrait, s'il n'est pas approuvé par les syndicats, bel et bien déboucher sur une vague de licenciements, comme nous le révélions hier.

Trends.be

Nos partenaires