L'ex-PDG de LafargeHolcim inculpé pour "financement d'une entreprise terroriste"

08/12/17 à 07:05 - Mise à jour à 08:23

Source: Afp

L'ex-CEO du groupe franco-suisse LafargeHolcim, Eric Olsen, a été inculpé en France pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui", dans le cadre des activités du cimentier français Lafarge en Syrie dans les années précédant sa fusion avec Holcim.

L'ex-PDG de LafargeHolcim inculpé pour "financement d'une entreprise terroriste"

© DR

Le parquet de Paris avait requis cette mise en examen, qui a été actée jeudi. Eric Olsen, qui a la double nationalité française et américaine, a été placé sous contrôle judiciaire, indique FranceInfo dans la soirée, de source judiciaire.

PDG de LafargeHolcim de 2015 à juillet 2017, Eric Olsen était, à l'époque des faits qui font l'objet d'une investigation en France, DRH puis directeur général adjoint de Lafarge. Le cimentier est soupçonné d'avoir financé des groupes djihadistes en Syrie pour assurer le maintien de son activité sur place en 2013 et 2014, dans son usine de Jalabiya (nord-est), dans un pays déchiré par la guerre. Il est question notamment de payements de "droits de passage" à des organisations terroristes, dont l'Etat Islamique, pour des convois et employés, mais aussi d'achat de pétrole en provenance d'exploitations tenues par l'EI.

Après deux années à la tête de LafargeHolcim, Eric Olsen avait décidé au printemps 2017 de faire un pas de côté, justifiant sa décision par son souhait d'apaiser les tensions autour du "cas syrien". "Je n'étais en aucun cas impliqué dans, ni même conscient de, quelque méfait que ce soit, mais je pense que mon départ apportera de la sérénité à l'entreprise", avait-il déclaré à l'époque.

La semaine dernière, trois cadres français de Lafarge avaient déjà été mis en examen dans la même affaire, dont deux anciens directeurs de la filiale syrienne de Lafarge, Bruno Pescheux et Frédéric Jolibois, inculpés de "financement d'une entreprise terroriste", "violation de la réglementation relative aux relations financières avec l'étranger" et "mise en danger de la vie d'autrui". Jean-Claude Veillard, qui a été directeur de la sûreté de Lafarge, avait quant à lui été mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui"

Actuellement, Bruno Lafont, PDG de Lafarge de 2007 à 2015, et Christian Herrault, ancien directeur général adjoint opérationnel, sont encore en garde à vue. Ils risquent, à l'instar d'Eric Olsen, une mise en examen pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie d'autrui", cette dernière prévention étant relative aux dangers encourus par les salariés employés sur place.

Nos partenaires