L'étonnante arrivée d'UberX à Bruxelles

25/08/15 à 15:06 - Mise à jour à 15:09

Source: Belga

La firme était déjà dans l'oeil du cyclone avec UberPop et ses particuliers devenus chauffeurs, elle pourrait récidiver en lançant UberX, un service avec cette fois des pros derrière le volant. Etonnant, quand on sait qu'Uber a toujours clamé que c'était impossible à Bruxelles.

L'étonnante arrivée d'UberX à Bruxelles

© Reuters

Les chauffeurs de taxi n'ont pas fini de craindre les activités de la start-up californienne dans notre capitale. Alors qu'elle fustige depuis des mois le service UberPop, qui permet à des particuliers de jouer les chauffeurs de taxi, la profession apprend que la firme de Travis Kalanick s'apprête à lancer un équivalent avec des chauffeurs pro. Le site web Politico a en effet dévoilé l'intention d'Uber de lancer UberX, un service de VTC (voiture avec chauffeur) à Bruxelles. Uber ne dément pas... mais n'est pas prolixe non plus. Seul commentaire ? "Nous examinons toujours la possibilité de lancer de nouveaux services. Bruxelles ne fait pas exception."

Reste que l'arrivée d'Uber sur le créneau des chauffeurs pro est une surprise. Car si c'est bien ce domaine qui intéresse la firme américaine partout dans le monde, Bruxelles y avait jusque-là échappé. En cause : une règlementation jugée défavorable. Le secteur VTC n'y est en effet autorisé que pour des prestations de minimum 3 heures ou pour un montant à partir de 90 euros. Une règle qui avait pour but de faire la distinction entre les taxis et les autres types de courses.

Ce qui a changé aujourd'hui ? Rien. Et si un plan Transport prévoit bien une réorganisation du transport rémunéré de personnes dans notre capitale, celui-ci n'a pas encore été approuvé. Etonnant dès lors qu'Uber envisage finalement de se lancer avec UberX chez nous. Des concurrents y voient un "aveu que le service UberPop ne tiendra pas face à la règlementation". A moins que (les avocats de) la société américaine n'ai(en)t trouvé une faille dans la règlementation bruxelloise pour lui permettre d'opérer avec des pros sans être contrainte de facturer 90 euros à ses clients, on voit mal comment Uber va procéder vis-à-vis des particuliers. "Ils vont sans doute agir à la manière de cow-boys comme ils le font vis-à-vis des taxis, glisse un acteur des VTC en Belgique. Peut-être en espérant pousser le changement." Restera à voir si le lancement d'UberX se fera au détriment du service UberPop ou si le trublion des taxis parviendra à justifier (notamment auprès des chauffeurs) la coexistence des deux modèles chez nous.

En savoir plus sur:

Nos partenaires