L'été ne sera pas propice à l'embauche et l'automne ne fera guère mieux...

11/06/13 à 10:06 - Mise à jour à 10:06

Source: Trends-Tendances

L'été ne sera pas placé sous le signe de l'optimisme pour les employeurs... Pour le 9e trimestre consécutif, l'indice de confiance de ManpowerGroup est en déclin. Il a même atteint son niveau le plus bas depuis le 1er trimestre 2010.

L'été ne sera pas propice à l'embauche et l'automne ne fera guère mieux...

© Manpower

La prévision nette d'emploi s'affiche désormais à -3, perdant encore un point par rapport au trimestre précédent, et en recul de 5 points par rapport au 3e trimestre 2012. C'est dire si la confiance des employeurs a du plomb dans l'aile et, telle Soeur Anne ne voyant rien venir, l'absence de signe de reprise de l'emploi risque de peser lourd sur le restant de l'année 2013.

"En Belgique, comme ailleurs en Europe, on voit peu de signes laissant présager une reprise de l'emploi au cours de la deuxième partie de l'année, explique Philippe Lacroix, Managing Director de Manpower Belgique-Luxembourg. Nos perspectives d'emploi sont à présent en dessous de la moyenne européenne et notre pays figure parmi les 9 pays européens présentant des prévisions de recrutement négatives. Dans le même temps, notre récente enquête sur les pénuries de talents a montré que 1 employeur sur 5 éprouvait encore des difficultés à trouver du personnel qualifié."

Cette morosité est partagée par toutes les Régions et par tous les secteurs.

Par Région, c'est Bruxelles la plus pessimiste, où la prévision nette d'emploi est de -6 et où 10% des employeurs sondés prévoit de licencier du personnel d'ici la fin du mois de septembre. Et si la Flandre et la Wallonie s'entendent sur un -3, ce chiffre est à interpréter différemment au Nord et au Sud. Si pour la Flandre, l'indice ManpowerGroup est le plus faible jamais observé depuis le lancement de l'enquête en Belgique en 2003 ; la prévision d'emploi en Wallonie présente pour sa part une légère amélioration par rapport au trimestre précédent.

Quant à la morosité ambiante, elle est présente dans quasi tous les secteurs puisque 7 secteurs sur 10 affichent des perspectives d'emploi négatives. Selon le communiqué de ManpowerGroup, les employeurs du secteur de l'industrie manufacturière, des industries extractives et de l'Horeca se montrent les plus pessimistes, avec un indice ManpowerGroup à -7. Soit la plus faible prévision nette d'emploi. Les secteurs des activités financières (l'assurance, l'immobilier et les services aux entreprises), des services publics (l'éducation, la santé et les services collectifs) , du transport (la logistique et les communications) sont un peu moins pessimistes avec un indice à -3, et -2 pour le secteur du commerce de gros et de détail.

Toujours selon ce communiqué, seuls les employeurs du secteur de la construction manifestent le désir de renforcer légèrement leurs effectifs même s'ils se montrent moins optimistes que lors du trimestre précédent. "La question est de savoir s'ils parviendront à trouver le personnel qualifié qu'ils recherchent, sachant que 40% d'entre eux se plaignent des pénuries de main-d'oeuvre " ajoute Philippe Lacroix.

"La confiance des employeurs belges se dégrade et est au plus bas depuis plus de trois ans. " conclut Philippe Lacroix. "La mauvaise conjoncture économique et l'incertitude ambiante rendent le climat toujours aussi peu propice aux embauches. Pour lui "tout cela indique l'urgence de rendre notre marché du travail socialement flexibilité. Il faut d'une part permettre à un plus grand nombre de personnes d'accéder à un emploi et d'autre part de réduire le coût du travail pour les entreprises afin d'améliorer leur compétitivité."

Nos partenaires