L'emploi stagne un peu partout

10/06/14 à 08:14 - Mise à jour à 08:14

Source: Trends-Tendances

Les intentions de recrutement font du surplace. Selon le dernier baromètre de Manpower Group, neuf employeurs sur dix ne prévoient pas d'engagement dans un futur proche.

L'emploi stagne un peu partout

© Thinkstock

Ainsi, en Belgique, seulement 4% des 750 employeurs sondés par Manpower prévoient une augmentation de leurs effectifs d'ici la fin du mois de septembre. Mais le pire est les 6% qui planifient des licenciements.

"Le regain d'optimisme observé lors du trimestre précédent en Belgique et ailleurs dans le monde ne semble pas se confirmer pour le moment" explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux."Les employeurs belges se montrent à nouveau hésitants et il est peu probable qu'ils aient suffisamment de confiance pour créer de nouveaux emplois."

C'est la Flandre qui se montre la plus indécise quant aux nouveaux recrutements. Et si ce baromètre affiche un positionnement mitigé de la Wallonie en ce qui concerne la création d'emplois, la région de Bruxelles, elle, se porte bien, avec des intentions positives pour le recrutement et ce pour le second trimestre consécutif.

Tous les secteurs montrent la même prudence. Un recrutement légèrement positif dans l'Industrie manufacturière (+5), l'Electricité, gaz et eau (+2) et la Construction (+1). Tandis que les effectifs devraient peu évoluer dans les secteurs de l'Horeca et du Commerce de gros et de détail. Dans les cinq derniers secteurs, les employeurs prévoient de légères réductions de personnel: Industries extractives (-1), Finance, assurance, immobilier et services aux entreprises (-2), Services publics, éducations, santés et services collectifs (-2), Transport et logistique (-5) et Agriculture et pêche (-8).

"Les résultats ne sont cependant pas totalement décevants : 90% des employeurs ne prévoient aucun changement dans leur masse salariale au cours des trois prochains mois, suggérant qu'en l'absence de croissance, on peut s'attendre à une certaine stabilité sur le marché de l'emploi", complète Philippe Lacroix.

Quant au reste du monde, les perspectives d'emploi sont plus faibles pour la plupart des pays par rapport au trimestre précédent. Néanmoins, les perspectives d'emploi restent positives dans 37 pays et territoires, contre 38 lors du second trimestre. Par rapport au 3e trimestre 2013, les intentions d'embauche progressent dans 32 pays et territoires et déclinent dans seulement 6 d'entre eux.

Ainsi c'est l'Inde (+46), Taiwan (+38) et la Turquie (+26) qui forment le tiercé de tête des pays qui affichent les plus fortes intentions de recrutement. Suivis de la Nouvelle-Zélande (+25) et Singapour (+19).

En Europe, la prévision reste cependant positive dans 17 pays sur 22, au lieu de 19 au trimestre précédent. Les intentions de recrutement reculent dans 11 pays d'un trimestre sur l'autre. Néanmoins, la tendance est à la hausse dans 18 pays en comparaison annuelle.

Les perspectives d'emploi sont assez favorables dans la plupart des pays d'Europe de l'Est, notamment en Bulgarie (+14), en Slovénie (+10), en Hongrie (+9) ou en Roumanie (+9). Au Royaume-Uni (+8), les prévisions sont au plus haut depuis le 1er trimestre 2008, selon le communiqué de ManpowerGroup. Le redressement de la confiance observé lors des trimestres précédents se confirme également en Grèce (+8). Tandis que le marché du travail en Allemagne (+5) ne devrait pas être très dynamique pour l'instant.

En revanche, les perspectives d'emploi en Italie (-8) sont à nouveau les plus faibles de tous les pays sondés pour le cinquième trimestre consécutif. Les chiffres sont également dans le rouge en France (-1), en Belgique (-1) et aux Pays-Bas (-1).

"Pour le moment, cette incertitude les incite à se tourner vers des formes de travail flexible comme l'intérim, en évitant de s'engager à long terme. Avec l'Italie, les Pays-Bas et la France, la Belgique fait partie des quatre seuls pays et territoires sondés sur 42 où la Prévision Nette d'Emploi est (légèrement) négative" conclut Philippe Lacroix.

En savoir plus sur:

Nos partenaires