Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/05/18 à 15:05 - Mise à jour à 15:05

L'arrogance d'Elon Musk risque de coûter très cher à Tesla

Les analystes financiers sont un peu comme les journalistes, ils peuvent avoir un pouvoir terrible.

L'arrogance d'Elon Musk risque de coûter très cher à Tesla

Elon Musk © Reuters

Les journalistes peuvent faire démissionner un député, un ministre, un patron ou faire chuter un gouvernement. Quant aux analystes financiers, leurs analyses peuvent envoyer par le fond les actions d'une société qui leur cacherait quelque chose ou qui ne respecterait pas leurs attentes. En matière boursière, on peut dire que les analystes sont un peu les kings, les rois de l'opinion, car ils influencent à l'achat ou à la vente les investisseurs. Bref, il vaut mieux se tenir à carreau avec eux, c'est l'évidence même.

Eh bien, il n'y a qu'un patron au monde pour oser les défier aujourd'hui et ce patron, c'est celui de Tesla. On savait qu'Elon Musk avait quelques sautes d'humeur, mais là, il a dépassé tous ses records. Alors qu'il était en conférence téléphonique pour discuter des derniers chiffres financiers de Tesla, il a tout simplement dit à un analyste financier que "les questions stupides et ennuyeuses ne sont pas cool" et il s'est même permis le luxe d'ensuite répondre aux questions d'un Youtubeur nettement moins agressif.

Partager

Aux yeux des investisseurs, Elon Musk a commis une erreur terrible

Moins agressif ? Tout dépend de ce que l'on entend par agressif. L'analyste financier ne l'a pas du tout insulté, il s'est juste contenté de constater que Tesla brûle des capitaux à une cadence infernale et sans résultats concrets à se mettre sur la dent. Souvenez-vous, l'an dernier, Elon Musk a fait rêver le monde entier en disant qu'il allait mettre en production le Model 3 de la Tesla, une berline électrique disponible au prix démocratique de 29.000 euros environ. Normalement, pour répondre à son carnet de commandes, Tesla devait sortir 5.000 voitures par semaines vers la fin 2017. Or, non seulement cette échéance a été reportée, mais en plus Tesla ne produit actuellement qu'à peine 2.270 véhicules. Bref, entre les promesses et la réalité, il y a des pertes: 700 millions de dollars pour être précis. Et donc, cet analyste financier a commis un crime de lèse-majesté à l'égard d'Elon Musk, il a osé l'interroger sur l'avenir alors que ce patron emblématique veut qu'on l'interroge uniquement sur le présent. Bien entendu, la Bourse a immédiatement réagi et a sanctionné cette erreur de communication par une chute du cours de Tesla de 5% juste après cette conférence téléphonique totalement surréaliste.

En fait, aujourd'hui, le charme et le charisme d'Elon Musk sont mis à rude épreuve. Aux yeux des investisseurs, il a commis une erreur terrible. On prête au Général de Gaulle d'avoir dit: "rétablissons la confiance, l'intendance suivra". Et dans l'industrie automobile, l'intendance, c'est au contraire primordial. Tesla découvre que cet adage est faux, entièrement faux. Et pendant ce temps, les concurrents de Tesla se réjouissent de tous ces déboires, parce que s'ils ont été ringardisés par Tesla, ils ont depuis lors mis les bouchées doubles pour rattraper leur retard.

Le patron de Tesla risque donc de payer au prix fort son arrogance. Il ne faut jamais mépriser ceux qui vous financent. C'est l'ancien adage du "ne mords pas la main qui te nourrit". Et en attendant, les spéculateurs jouent à la baisse l'action Tesla...

En savoir plus sur:

Nos partenaires