L'aéroport de Charleroi chatouille celui de Bruxelles

15/10/14 à 15:42 - Mise à jour à 15:42

Source: Trends-Tendances

" La route reste ouverte vers Charleroi , pensez-y la prochaine fois", c'est le slogan d'une campagne d'affichage de Brussels South. Elle intervient après que la Commission européenne ait prit une décision pour réduire les subsides de la Région wallonne à cet aéroport.

L'aéroport de Charleroi chatouille celui de Bruxelles

© PG

Quelques panneaux publicitaires, difficiles à manquer (de larges More O'Ferrall), vantent l'aéroport de Charleroi, en néerlandais : "De weg ligt open naar de luchthaven van Charleroi - denk eraan de volgende keer". Manière de dire que le résultat de la plainte de Brussels Airport et de Brussels Airlines à la Commission, qui a débouché le 1er octobre sur une décision, n'affectera pas Brussels South Charleroi Airport. La concurrence continuera.

Un pied de nez ?

La campagne, lancée début octobre, est présente notamment à Bruxelles (près de l'Otan, où la photo est prise), à Anvers, à Gand. Elle ressemble à un pied de nez pour l'aéroport de Zaventem. La décision de la Commission crée un souci pour Charleroi, mais ne va pas égaliser les coûts des deux aéroports. Brussels South restera nettement un aéroport low cost.

La Commission a demandé que l'aéroport paie 12 millions d'euros de plus par an de redevance à la Sowaer (Service public wallon des aéroports) pour l'usage des installations qui appartiennent à cette institution publique, dont l'aérogare. Le montant payé jusqu'ici était jugé trop faible, de l'ordre de 3 millions d'euros par an. La Commission estime qu'elle devrait se situer à 15 millions d'euros environ pour correspondre à un prix de marché. Un montant inférieur constitue un subside indirect illicite.

Le contrat de Ryanair validé

La décision est modérément rétroactive. La Commission en remonte pas plus loin qu'à avril 2014, lorsqu'elle a sorti une texte précisant les aides publiques autorisées pour les aéroports et les compagnies aériennes. Brussels South devra payer, pour la période avril-septembre 2014, un montant de 6 millions d'euros. Au passage, la Commission a validé le contrat de l'aéroport avec Ryanair, qui prévoyait une redevance réduite justifiée par le nombre important de passagers transportés.

Une hausse de la redevance passager en perspective

Le supplément de 12 millions d'euros par an devrait manger la quasi-totalité des bénéfices de l'aéroport, peut-être même un peu plus si l'on considère qu'il y a un projet d'extension de l'aérogare sur la table, sur les fonds propres de Brussels South, donc des investissements à payer. Une hausse de la redevance par passager, qui s'élève à 2,5 euros, est fort probable. La question n'est pas encore décidée, un ajustement de quelques euros pourrait intervenir, portant sans doute le tarif aux alentours des 5 à 6 euros. Cela restera encore modéré par rapport aux 28 euros de l'aéroport de Zaventem, ou même aux 8 euros de l'aéroport de Liège. Du reste, les redevances plus élevées ne semblent plus effrayer Ryanair, qui est actif à Brussels Airport (Zaventem) depuis février, et paie (à contrecoeur) 28 euros par passager.

Nos partenaires