KBC : " La réorganisation n'a pas pour objectif de réduire le personnel "

08/10/12 à 10:25 - Mise à jour à 10:25

Source: Trends-Tendances

KBC n'a formulé aucun objectif de réduction du nombre d'emplois au sein du groupe, a fait savoir le CEO du bancassureur Johan Thijs. Les conventions collectives de travail, qui courent jusque fin 2013, seront respectées, a-t-il précisé lors de la présentation de la réorganisation du groupe et de sa nouvelle stratégie. Johan Thijs a cependant ajouté que cette réorganisation pourrait avoir un impact sur le siège central à Bruxelles.

KBC : " La réorganisation n'a pas pour objectif de réduire le personnel "

© Image globe

KBC a annoncé lundi une importante réorganisation de sa structure et une rédéfinition de ses objectifs. Le bancassureur veut remettre le client au centre de sa stratégie et compte se focaliser sur ses "marchés clés", à savoir la Belgique et la République tchèque en premier lieu.

Johan Thijs a indiqué que cette réorganisation n'a pas pour objectif d'effectuer des coupes claires dans le personnel. "Nous avons déjà adapté notre réseau de collaborateurs depuis 2009", a-t-il expliqué, faisant allusion au plan de restructuration qui a réduit la taille du bancassureur d'un tiers. Il a toutefois ajouté qu'il pourrait y avoir un impact sur le siège central bruxellois à terme.

Les détails relatifs à cet impact seront communiqués dans les prochains mois, une fois que la nouvelle structure du groupe aura été évaluée. Cet impact ne devrait cependant avoir aucune conséquence sur le réseau commercial.

"Un certain nombre de personnes recevront un autre emploi, mais cela se fera dans le respect du travailleur et des conventions collectives de travail."

Les employés qui pourraient, à terme, quitter le siège central de KBC, auraient la possibilité d'être réaffectés dans le réseau d'agences, a ajouté Johan Thijs. Il a indiqué par ailleurs que, chaque année, 500 à 600 personnes quittaient naturellement l'entreprise, notamment en partant à la retraite.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires