Johan Van Overtveldt veut revoir l'impôt des sociétés, les employeurs demandeurs

30/01/16 à 15:54 - Mise à jour à 15:54

Source: Belga

(Belga) Plusieurs organisations patronales ont réagi positivement à la proposition du ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) de revoir l'impôt des sociétés. Le système proposé par le ministre serait plus clair que celui en vigueur actuellement, affirment l'Unizo, le Voka et le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI).

Johan Van Overtveldt veut revoir l'impôt des sociétés, les employeurs demandeurs

Johan Van Overtveldt veut revoir l'impôt des sociétés, les employeurs demandeurs © BELGA

L'Unizo affirme plaider depuis des années pour un système dans lequel les sociétés pourraient bénéficier d'un taux de 20 ou 22% sans aucune déduction, contre le système actuel d'un taux à 33,39% avec déduction des intérêts notionnels. "Le système actuel est trop complexe. Le taux nominal est trop haut et cela profite aux multinationales et pas aux PME", affirme l'adminstrateur-délégué Karel Van Eetvelt dans un communiqué. Selon lui, 60% des entrepreneurs souhaitent une simplification. Pour le Voka, la fédération patronale flamande, la réforme de l'impôt des sociétés doit être une priorité. "La simplicité et la clarté est améliorée dans ce système en limitant le nombre de régimes d'exception de manière drastique. En outre, il réduit la discrimination entre entreprises concurrentes", affirme l'administrateur-délégué Hans Maertens. Pour le SNI, une réduction de l'impôt des sociétés constitue "un must". "Pour nous, le régime fiscal pour les entreprises doit avoir une visée économique et sociale. Les entreprises qui investissent leurs bénéfices dans leur propre société, créent des emplois et ainsi contribuent de manière durable à notre économie, devraient recevoir un soutien budgétaire supplémentaire", a ajouté la présidente Christine Mattheeuws. Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA), suggère de réformer l'impôt des sociétés en introduisant, à côté du système existant, un taux tournant entre 20 et 22%, mais sans mécanisme de déduction fiscale, ressort-il d'une interview qu'il a accordée samedi au quotidien l'Echo. (Belga)

Nos partenaires