Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

09/09/14 à 11:34 - Mise à jour à 10/09/14 à 09:57

Jadis Ryanair était la compagnie la plus rentable d'Europe...

La roue tourne aussi dans le business ! Jadis Ryanair était la compagnie la plus rentable d'Europe. Aujourd'hui, elle est toujours très rentable mais elle est passée en deuxième position, juste derrière son éternelle rivale EasyJet.

Jadis Ryanair était la compagnie la plus rentable d'Europe...

© Epa

Si pendant longtemps Ryanair se fichait comme d'une guigne de sa mauvaise réputation, tant qu'elle gagnait de l'argent, ce n'est plus le cas aujourd'hui. En effet, l'an dernier, Ryanair a même été élue plus mauvaise marque du pays par les lecteurs d'un magazine britannique... Et c'est la raison pour laquelle, elle a fait quelques efforts de séduction en direction des familles, en réduisant par exemple une série de frais annexes sur les bagages ou l'impression de billets.

Mais la séduction ne suffira pas à assurer l'avenir de la compagnie irlandaise... Ses concurrents, partout en Europe, s'organisent pour offrir aussi des vols low cost. En Belgique, pour ne parler que de notre pays, c'est le cas de Brussels Airlines qui vient de lancer à grand coup de publicité des destinations à partir de 69 euros mais avec la convivialité d'une compagnie traditionnelle et sans le stress des compagnies low cost.

Donc, c'est clair, le plan de Ryanair, c'est de faire remonter le revenu moyen par passager. Et l'une des manières de le faire, c'est de s'adresser à la clientèle d'affaires qui est à la recherche de vols souples en termes d'horaires mais avec des billets pas trop chers. C'est ce qui explique que Ryanair vient de lancer Business Plus, une nouvelle offre en direction des hommes d'affaires. C'est aussi la raison pour laquelle Ryanair s'est installée à Bruxelles, ainsi que dans d'autres capitales ou grandes villes comme Rome, Madrid ou Oslo.

Mais bon, ce scénario de séduction des hommes d'affaires n'est pas encore un pari gagné. Contrairement à Easyjet, qui est installée dans tous les grands aéroports, la stratégie de Ryanair a consisté pendant longtemps à choisir des aéroports secondaires qui sont souvent assez loin des lieux de business habituels. C'est vrai que ces aéroports ont accueilli Ryanair avec de belles subventions, des subventions régionales qui représentent encore aujourd'hui une bonne partie des bénéfices de Ryanair.

Vu le durcissement des règles européennes, ces subventions pourraient disparaître un jour... C'est donc la raison pour laquelle aujourd'hui Ryanair essaie de séduire une autre clientèle, plus business, et c'est aussi la raison pour laquelle Ryanair s'était établie à Bruxelles.

Bref, Ryanair prépare en quelque sorte son avenir, mais bon avec la dernière commande d'une centaine de Boeing flambants neufs, son PDG démontre qu'il a confiance dans l'avenir.

En savoir plus sur:

Nos partenaires