Investissements : Volkswagen se serre la ceinture

20/11/15 à 15:30 - Mise à jour à 15:30

Source: Afp

Le message du patron de Volkswagen en Amérique du Nord est clair : "Nous allons passer au crible tous nos investissements et toutes nos dépenses. Tout ce qui n'est pas impérativement nécessaire sera annulé ou repoussé." Les investissements, notamment, se voient rabotés d'un milliard d'euros pour 2016.

Investissements : Volkswagen se serre la ceinture

VW Phaeton © DR

Volkswagen, frappé par les scandales des moteurs truqués et des émissions de CO2 falsifiées, compte réduire d'un milliard d'euros ses investissements en 2016, a annoncé vendredi Matthias Müller, patron du géant automobile allemand, lors d'une conférence de presse donnée à l'issue d'une réunion du conseil de surveillance : "Pour 2016, nous allons réduire nos investissements à 12 milliards d'euros maximum. C'est environ un milliard de moins que la moyenne des années passées."

"Nous allons passer au crible tous nos investissements et toutes nos dépenses. Tout ce qui n'est pas impérativement nécessaire sera annulé ou repoussé." Le centre de design de Wolfsburg en projet sera ainsi "construit un peu plus tard", tandis que la sortie de la prochaine génération de la limousine Phaeton (photo), dans une version entièrement électrique, sera elle aussi différée.

Volkswagen avait déjà confirmé jeudi avoir repoussé "de deux ou trois ans" un important projet d'investissement dans une de ses coentreprises en Chine.

En outre, le nouveau patron, entré en fonction après la démission de Martin Winterkorn, avait déjà annoncé que le colosse aux douze marques (Seat, Skoda, MAN, Bugatti, Audi, Porsche, etc.) réévaluera l'ensemble de ses quelque 300 modèles, en fonction de leur rentabilité. "Ce que nous ne ferons en aucun cas, c'est d'économiser aux dépens de notre avenir", a-t-il toutefois prévenu. Volkswagen allouera ainsi 100 millions d'euros de plus que prévu en 2016 pour les motorisations hybrides et électriques.

Le groupe de Wolfsburg est ébranlé depuis mi-septembre par un scandale retentissant de tricherie aux normes anti-pollution aux oxydes d'azote sur 11 millions de véhicules diesel dans le monde. Il a également fait état, début novembre, de nouvelles "irrégularités" sur les émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 800.000 voitures, dont au moins 98.000 voitures à essence.

La première affaire, qui a éclaté aux États-Unis et concerne de nombreux pays d'Europe, pourrait coûter selon certaines estimations entre 20 et 60 milliards d'euros au constructeur, qui doit organiser un gigantesque rappel de huit millions de véhicules. Concernant le deuxième volet du scandale, Volkswagen a dans un premier temps estimé les charges financières à 2 milliards d'euros. Le groupe allemand a pour l'instant provisionné 6,7 milliards d'euros pour faire face aux scandales.

En savoir plus sur:

Nos partenaires