Investissement chinois dans Eandis: une lettre anonyme met en garde les ministres flamands

27/09/16 à 13:13 - Mise à jour à 16:03

Source: Belga

Une lettre, dont l'auteur veut préserver l'anonymat, a été envoyée à plusieurs ministres flamands concernant l'entrée annoncée de l'entreprise d'État chinoise State Grid dans le capital d'Eandis, l'intercommunale de distribution de gaz et d'électricité qui dessert 80% des communes flamandes.

Investissement chinois dans Eandis: une lettre anonyme met en garde les ministres flamands

© Belga

Évoquant des liens ténus entre cette entreprise et le parti communiste chinois, ainsi que les services de renseignement et l'armée, l'auteur invite les ministres à la plus grande réserve concernant ce deal.

Pour la Chambre de commerce belgo-chinoise, ce retournement de situation est "un très mauvais signal" envoyé aux investisseurs chinois, qui réfléchiront désormais à deux fois avant de revenir investir ici.

"Les Chinois sont très pragmatiques. Ils ont énormément de choix et peuvent investir partout", selon le président de la Chambre de commerce, Bernard Dewit.

L'image de la Belgique a pris un sacré coup avec les attentats du 22 mars dernier. "Cela s'améliore, mais remettre ce deal en question donne une très mauvaise impression."

Pour Bernard Dewit, les craintes suscitées par la lettre ne tiennent pas. "Ils n'auront pas la majorité (on parle d'une participation de 14%, NDLR). Je ne vois pas le danger."

La Sûreté de l'État confirme l'envoi d'une note

La Sûreté de l'État a confirmé ce mardi avoir envoyé à plusieurs destinataires une note portant sur le dossier Eandis, dans le cadre de sa mission de sauvegarde du potentiel économique et scientifique.

Le service civil de renseignement et de sécurité du pays ne souhaite toutefois pas évoquer le contenu de cette note, qui portait la mention "diffusion restreinte", ni confirmer s'il s'agit bien du courrier anonyme qui a fuité dans les médias lundi soir.

Cette prise de participation suscite bon nombre de réactions au nord du pays depuis une dizaine de jours. Initialement favorable à l'opération, le ministre flamand de l'Énergie Bart Tommelein (Open Vld) a changé d'avis ce week-end, évoquant lundi "de nouvelles informations sensibles" sur State Grid, justifiant sa méfiance.

Nos partenaires