Internet va-t-il tuer les soldes?

04/07/13 à 10:21 - Mise à jour à 10:21

Source: Trends-Tendances

Des sites étrangers, non soumis à la réglementation belge, cassent les prix toute l'année. De quoi remettre en question nos périodes de soldes ? Pas à court terme, estime le patron de Comeos, mais il va falloir adapter notre réglementation au commerce électronique.

Internet va-t-il tuer les soldes?

© Thinkstock

La plupart des commerçants n'ont pas attendu le 1er juillet, date officielle du début des soldes d'été, pour lancer leurs promotions. Braderies, rabais à l'achat d'un deuxième article... depuis la fin juin, les boutiques rivalisent d'ingéniosité pour proposer des soldes déguisés avant l'heure. C'est qu'elles ont hâte d'enfin écouler leurs stocks au terme d'une saison pourrie par la météo maussade et la crise. Mais elles sont aussi touchées par la percée du commerce électronique. Selon une récente étude de Comeos, la fédération du commerce et des services, le consommateur belge achète de plus en plus ses vêtements et chaussures en ligne. La principale raison invoquée est désormais le prix. "Le gain de temps et la facilité demeurent des facteurs décisifs importants, mais le prix semble déterminant pour les consommateurs qui font leurs emplettes sur le Net", souligne Dominique Michel, administrateur délégué de Comeos, en faisant référence aux sites spécialisés en comparaison de prix, qui encouragent cette tendance.

Les sites belges sont pénalisés

Est-ce à dire que la Toile est une grande braderie où les bonnes affaires fleurissent toute l'année ? "Les sites belges d'e-commerce sont soumis à la même réglementation commerciale que les magasins en dur, explique le patron de Comeos. Ils doivent donc respecter la période d'attente (Ndlr, quatre semaines au cours desquelles il est interdit d'afficher des baisses de prix). Mais il y a un problème, poursuit-il, dans la mesure où les Belges font de plus en plus leurs emplettes sur des sites étrangers (Zalando, Amazon...) qui ne sont pas soumis aux mêmes contraintes ou qui autorisent la vente à perte comme c'est le cas aux Pays-Bas. Pour Dominique Michel, il va dès lors falloir redessiner notre législation sur les pratiques commerciales en tenant compte d'Internet car nos sites d'e-commerce sont moins bien armés pour affronter la concurrence étrangère.

Internet risque-t-il de tuer à terme les soldes ? "Dans un avenir proche, je ne le crois pas, répond Dominique Michel, pour des raisons de volumes. Les achats en ligne ne représentent encore que 3 % du chiffre d'affaires total du commerce en Belgique. Quoi qu'il en soit, les commerçants en ligne misent aussi sur les soldes pour doper leur chiffre d'affaires, selon une étude de BeCommerce, l'association qui les représente. "Les soldes sont essentiels pour le secteur de l'e-commerce parce que les consommateurs peuvent consulter différentes marques chez un même prestataire et comparer facilement les prix, sans devoir faire la queue ou se lever aux aurores pour aller faire les magasins", affirme Marijn van Roij, country manager de Zalando Belgique.

SANDRINE VANDENDOOREN

En savoir plus sur:

Nos partenaires