Intérim dans la fonction publique : "Une hypocrisie !"

04/04/11 à 16:32 - Mise à jour à 16:32

Source: Trends-Tendances

La Belgique est, avec la Grèce, le seul pays européen où le recours au travail intérimaire dans le secteur public est limité. Pourtant, de plus en plus d'intérimaires sont engagés dans le secteur public pour des motifs divers...

Intérim dans la fonction publique : "Une hypocrisie !"

© Belpress

Restreindre le travail intérimaire dans le secteur public est une hypocrisie, a estimé Federgon lundi lors de la présentation de son rapport annuel. La fédération du secteur de l'intérim rappelle qu'une directive européenne allant dans ce sens doit être transposée dans le droit belge pour le 1er décembre 2011. Elle a en outre plaidé pour une modernisation de la législation sur le travail intérimaire, qui n'est plus adaptée à la réalité économique et sociale.

"La Belgique est, avec la Grèce, le seul pays européen où le recours au travail intérimaire dans le secteur public est limité", a déploré Herwig Muyldermans, directeur général de Federgon. Ainsi, les statutaires ne peuvent être remplacés par des intérimaires. Pourtant, de plus en plus d'intérimaires sont engagés dans le secteur public pour des motifs divers. Sur le terrain, la loi n'est donc pas toujours appliquée, ce qui fait dire à Herwig Muyldermans que l'hypocrisie règne dans ce dossier.

En outre, une directive européenne sur le travail intérimaire doit impérativement être transposée pour le 1er décembre 2011, sous peine de voir la Commission européenne ouvrir une procédure contre la Belgique.

Federgon a également appelé à une modernisation de la législation belge sur le travail intérimaire : "La réglementation actuelle date de 1976 et n'est plus adaptée à la situation économique et sociale actuelle", a justifié la fédération sectorielle, qui espère que les partenaires sociaux trouveront rapidement un accord.

Les plus de 50 ans ont davantage recours au travail intérimaire

Les travailleurs de plus de 50 ans sont de plus en plus nombreux à travailler comme intérimaires, a par ailleurs révélé Federgon : en 2010, ils étaient 24.500, soit 7 % du total (hors étudiants).

"Nous constatons que le travail intérimaire est de plus en plus répandu, a avancé le porte-parole de Federgon. Voici 10 ans, c'étaient principalement les jeunes qui avaient recours à l'intérim, comme premier pas vers un premier boulot. Aujourd'hui, beaucoup de personnes s'adressent à un bureau d'intérim au cours de leur carrière."

Les ouvriers (58 %) restent plus nombreux que les employés (42 %) dans le secteur intérimaire, mais la part de ces derniers est en augmentation, puisqu'ils étaient 37 % en 2004. Les hommes (60 %) sont davantage représentés que les femmes (40 %).

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires