Innogenetics licencie : "Nous n'avions pas le choix !"

17/01/11 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Trends-Tendances

Innogenetics, racheté voici six mois par Fujirebio, doit "adapter sa stratégie" à celle de sa maison mère japonaise, en concentrant sa R&D sur le diagnostic pour les maladies infectieuses et le cancer. Un emploi sur trois devrait disparaître au sein de son usine de Gand.

Innogenetics licencie : "Nous n'avions pas le choix !"

© Belga

Quelque 80 postes d'employés et de cadres vont être supprimés sur le site gantois d'Innogenetics, ont annoncé vendredi les syndicats. La direction en a informé les 269 travailleurs de l'implantation dans la matinée.

"Un audit interne a été réalisé après la reprise, en septembre, par l'entreprise japonaise Fujirebio, a indiqué Johan Quintelier (CSC). L'intention de licenciement collectif a été annoncée lors d'un conseil d'entreprise extraordinaire."

Pour Kristof Vergauwen (Setca), c'est l'ensemble du département recherche et développement qui sera ainsi démantelé, le site se concentrant désormais sur la production et la distribution : "C'est un coup dur pour l'entreprise. Nous n'avions pas imaginé que la reprise aurait un tel impact sur l'emploi."

La délégation syndicale doit se réunir aujourd'hui lundi.

Innogenetics : "Une opération douloureuse... mais pas d'autre choix !" (direction)

"C'est une chose difficile que nous voulons régler le plus humainement possible, a affirmé la direction d'Innogenetics. A Gand, 80 personnes au maximum, soit un travailleur sur trois, seront licenciées, a chiffré Christiaan De Wilde, administrateur délégué de l'entreprise. Et dans nos implantations étrangères, neuf travailleurs sur 60 perdront leur emploi."

Selon le patron d'Innogenetics, "nous n'avions pas le choix. Nous devons adapter notre stratégie à celle de notre maison mère japonaise." En d'autres termes, Innogenetics devra désormais se concentrer sur la recherche et le développement en matière de diagnostic pour les maladies infectieuses et le cancer. Les applications biotechnologiques, elles, ne feront plus partie des activités gantoises.

La phase de consultation a été lancée.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires