Indemniser les victimes ne peut pas couler une compagnie d'assurances

19/05/16 à 16:41 - Mise à jour à 16:41

Source: Belga

(Belga) Depuis les attentats du 22 mars dernier, les victimes et leurs proches peuvent faire une demande d'indemnisation tant auprès de leurs assurances privées qu'auprès de celles de la Stib et de Brussels Airport. Mais comment une compagnie d'assurances peut-elle assumer cette charge ? Wauthier Robyns, porte-parole d'Assuralia, l'Union professionnelle des entreprises d'assurances, indique que la loi empêche une situation de faillite à cause d'un attentat.

Indemniser les victimes ne peut pas couler une compagnie d'assurances

Indemniser les victimes ne peut pas couler une compagnie d'assurances © BELGA

Assuralia avance le chiffre temporaire, appelé à évoluer, de 160 millions d'euros de pertes déclarées aux compagnies d'assurances. Comment un assureur peut-il prendre en charge ce montant gigantesque ? La loi du 1er avril 2007, qui encadre l'intervention des compagnies d'assurances dans le cadre des attentats, a imaginé un mécanisme qui permet d'éviter la prise en charge entière d'une telle indemnisation par une seule entreprise. "La loi a créé une structure à laquelle la plupart des compagnies belges ont adhéré. Elle répartit l'impact des attentats sur l'ensemble des adhérents. Chacun contribue par rapport à sa part de marché. Un attentat ne peut donc pas couler une compagnie", explique Wauthier Robyns. Ethias pour la Stib et Amlin pour l'aéroport de Bruxelles ne seront dès lors pas seules à prendre en charge l'indemnisation des centaines de blessés et des proches des 32 victimes décédées. Le nombre d'indemnisations introduites auprès d'elles n'est pas connu, les assureurs ayant convenu que seule Assuralia pourrait communiquer des données générales. (Belga)

Nos partenaires