HTC doit revoir ses ambitions

18/06/12 à 11:32 - Mise à jour à 11:32

Source: Trends-Tendances

Rien ne va plus pour HTC qui se voyait déjà N°1 du marché des smartphones en Belgique. Ses ventes mondiales ont plongé de 35 % au premier trimestre et ses parts de marché reculent. Tout comme Nokia, Sony et BlackBerry, le taïwanais est à la traîne derrière Apple et Samsung.

HTC doit revoir ses ambitions

© HTC

Devenir la marque N°1 des smartphones en Belgique d'ici 2014. Voilà l'ambition qu'affichait le constructeur d'origine taïwanaise HTC il y a tout juste un an. Le 9 juin 2011 à l'aube, la marque avait, en effet, invité les journalistes belges dans les principales gares du pays où des milliers de figurines en mousse Android avaient été placées au sol. Le message était clair : HTC (Ndlr ; l'un des principaux constructeurs de smartphones Android à l'époque) comptait envahir le marché belge. Et les responsables de la firme au Benelux nous avouaient franchement leur objectif : représenter 25 % du marché belge, notamment en déployant des produits plus grand public, des tablettes, etc.

A l'époque, la firme tablait encore sur son beau succès de 2010. Cette année-là, HTC affichait un chiffre d'affaires quasi doublé et avait vendu pas moins de 25 millions d'appareils à travers le monde. Un an plus tard, l'entreprise est vraiment loin du compte et la firme recule plus qu'elle ne progresse.

Au niveau mondial, ses ventes ont chuté de 35 % au premier trimestre 2012 et, selon Gartner, ses parts de marché ont reculé de 1,8 %. Et le fabricant coté en Bourse vient de revoir à la baisse ses objectifs de résultat au deuxième trimestre : ses ventes devraient enregistrer, durant cette période, une baisse de 27 % et sa marge opérationnelle fondre de 16 % à 9 %.

Pas de dynamisme commercial
Les raisons de cette infortune ? A l'origine, HTC avait misé sur le haut de gamme (à l'inverse de Samsung qui diversifie, avec succès, ses produits) et s'est directement affronté au bulldozer Apple et son célèbre iPhone. Et comme beaucoup d'autres (BlackBerry, Nokia, Sony), la firme s'y casse les dents : pas assez de rupture technologique, pas assez de produits "à la mode" et, surtout, pas les moyens d'Apple et de Samsung pour assurer son marketing. Pour Nicolas Regout, Mobile Devices Portfolio Manager chez Mobistar, "la part de marché de HTC en smartphones est en diminution en Belgique entre autres par le manque de dynamisme commercial. Il n'y a pas de publicité et la marque propose des prix consommateurs décalés par rapport à l'environnement compétitif. Les ventes restent confidentielles par manque d'investissement marketing."

Ces derniers temps, le taïwanais multiplie toutefois les initiatives pour rajeunir son image et ses produits. Il a racheté, l'an passé, la marque Beats by Dr Dre qui fabrique des casques audio branchés. Et plus récemment, HTC a annoncé qu'elle était la première marque (si l'on exclut Sony Mobile) à intégrer le "Playstation Certification Program".

Cela lui permet d'afficher le logo Playstation de Sony sur ses appareils et capter les jeunes passionnés de jeux vidéo. Sans doute pas suffisant pour repartir à la hausse alors que la marque subit également les assauts d'acteurs asiatiques comme ZTE ou Huawei qui se positionnent plus ou moins de la même façon.

CHRISTOPHE CHARLOT

En savoir plus sur:

Nos partenaires