Holding Communal : l'adieu à Charleroi Airport ?

25/05/11 à 16:03 - Mise à jour à 16:03

Source: Trends-Tendances

Exsangue financièrement, le Holding Communal pourrait s'offrir un bol d'air en revendant ses participations qui rapportent. Le bras financier des communes mettra-t-il en vitrine sa participation dans BSCA, la société d'exploitation de l'aéroport carolo ?

Holding Communal : l'adieu à Charleroi Airport ?

© Belga

Si rien ne filtre pour le moment, les déboires financiers du Holding Communalpourraient modifier le visage actionnarial de l'aéroport. Pour l'heure, le Holding et l'italien Save possèdent 27 % du capital de BSCA à travers le consortium Belgian Airports. Pour mettre la main sur cette part, le Holding - qui pèse 35 % dans le consortium - avait déboursé 4 millions d'euros sur un montant d'un peu plus de 11,3 millions au total (Save ayant investi le solde).

Depuis lors, cette participation s'est avérée juteuse. L'an dernier, BSCA a dégagé des bénéfices distribuables de 9,9 millions d'euros, permettant ainsi, et conformément au pacte d'actionnaires, d'offrir un dividende privilégié à Belgian Airports de l'ordre de 18 % sur ces résultats, soit 1,8 million d'euros. La convention d'actionnaires prévoit également un effet de levier dans le cas où Belgian Airports monterait à 48 % dans le capital de l'aéroport. Pour y parvenir, le consortium devrait débourser 7,8 millions d'euros et accumuler huit crédits de "contribution stratégique" avant le 31 décembre 2015, date butoir pour lever le call. Pour l'heure, le consortium aurait déjà sept crédits sur huit.

Désargentée, l'équipe de Carlos Bourgeois n'aurait toutefois pas la capacité de remettre au pot, bloquant ainsi la montée en puissance de Belgian Airports dans le capital de BSCA. Un cas de figure qui, s'il se présente, ne risque pas d'enchanter le groupe italien. En effet, en prenant 48 % du capital, le consortium verrait son dividende privilégié passer de 18 % à 31 % sur les résultats futurs de l'aéroport. Dans ce contexte, le Holding Communal pourrait se voir obligé de vendre sa participation.

A qui ? Une convention d'actionnaires prévoit un lock-up censé stabiliser l'actionnariat jusqu'au 31 décembre 2013, l'inaliénabilité pouvant être levée par une décision unanime de l'ensemble des actionnaires. Mais une autre clause offre la possibilité à Belgian Airports de céder directement ses actions, dont celles détenues par le Holding, en tout ou en partie à Save ou une société liée à elle.

Trends-Tendances

En savoir plus sur:

Nos partenaires