Grève : les huissiers entrent dans l'arène

30/01/12 à 10:59 - Mise à jour à 10:59

Source: Trends-Tendances

L'Unizo, la fédération des indépendants flamands, a envoyé un huissier à la suite d'un blocage sur le ring R4 de Gand, dans le cadre de la grève générale. Le PTB a, lui, dénoncé une publicité d'huissiers gantois destinée aux chefs d'entreprise... tandis que Bart De Wever réclamait l'intervention de la police.

Grève : les huissiers entrent dans l'arène

© Image Globe/Dirk Waem

L'Unizo a annoncé avoir envoyé un huissier à la suite d'un blocage sur le ring R4 de Gand, à hauteur de la sortie Desteldonk, dans le cadre de la grève générale.

L'organisation flamande d'indépendants avait menacé la semaine dernière de recourir à des huissiers, voire d'intenter des actions en référé, en cas d'actions syndicales visant à des blocages de zonings industriels ou à des piquets de grève volants.

"Nous allons surveiller le droit de travailler et nous réagirons au niveau juridique si celui-ci n'est pas respecté", avait déclaré en substance Karel Van Eetvelt, administrateur délégué de l'Unizo, jeudi dernier. Si un blocage devait se produire, l'Unizo comptait bien faire appel à un huissier et, le cas échéant, introduire une procédure en référé.

Un sondage effectué auprès de 500 PME par l'Unizo montrait qu'à peine 1 % du personnel devait participer à la grève, alors qu'elle cause des perturbations pour 45 % des travailleurs, surtout en raison de la grève dans les transports en commun.

Grève : des huissiers gantois proposent une "intervention rapide" contre les piquets

Le PTB a dénoncé ce week-end, par voie de communiqué, une publicité diffusée par des huissiers gantois, qui proposent à des entreprises "une intervention rapide et intelligente" pour contourner les piquets de grève. "Comme nous l'avons vu dans le passé, une intervention rapide et intelligente par des huissiers de justice peut préserver les droits des ouvriers qui veulent travailler et leurs employeurs", selon cet e-mail rédigé par des huissiers. "Du jamais vu", s'est étranglé le parti.

"Apparemment, il n'y a plus de limites, dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole du parti de gauche, sur le site Internet du PTB. Ces huissiers enfreignent le code éthique de leur profession. Depuis quand des huissiers peuvent-ils mener une campagne de promotion pour offrir leurs services afin de protéger les droits des employeurs ? Depuis quand les huissiers peuvent-ils eux-mêmes recruter des clients contre une grève ? Où est l'objectivité dans ce dossier, cette valeur si chère aux huissiers ?"

Grève : De Wever réclame l'intervention de la police au port d'Anvers

Signalons que Bart De Wever est allé plus loin à l'occasion de sa présentation des voeux, puisque le président de la N-VA réclamait carrément l'intervention de la police "en cas de blocage par les grévistes des principales voies d'accès au port d'Anvers". A ses yeux, tant les syndicats que le gouvernement sont responsables de cette grève : "Les syndicats, et surtout les syndicats rouges, jugent nécessaire de provoquer de graves dégâts économiques à notre pays. C'est irresponsable, et même incompréhensible, puisque c'est leur ami qui siège au 16, rue de la Loi !"

La menace ne paraît pas avoir porté, puisque les travailleurs du port d'Anvers sont en grève, a indiqué lundi matin Marc Loridan (FGTB). Les grands terminaux du port sont à l'arrêt, selon le responsable syndical, qui s'attend à ce que cette situation perdure toute la journée. "Des piquets ont été symboliquement placés devant certaines entrées, mais nous n'avons encore vu aucun ouvrier au travail", a déclaré Marc Loridan.

Selon le Maritieme Dienstverlening en Kust, de nombreux armateurs ont par ailleurs dévié leurs navires vers d'autres ports, en prévision de la grève générale.

Le SDI conseille aux entreprises bloquées d'appeler la police

"Contrairement aux promesses qui avaient été faites, les grévistes bloquent plusieurs zonings et ont installé des barrages filtrants à plusieurs endroits depuis tôt ce matin", dénonce le Syndicat des indépendants et des PME lundi, qui "condamne fermement ces pratiques aussi déplacées qu'illégales !"

"Si les syndicats ne sont pas d'accord avec la politique du gouvernement, c'est contre les partis politiques et leurs élus qu'ils doivent manifester, au lieu de bloquer les routes et les acteurs économiques, assène le SDI dans un communiqué signé par son président Daniel Cauwel. Le droit de faire grève, c'est celui de ne pas travailler. Pas celui d'empêcher les autres de travailler et de circuler ! Les grévistes continuent à faire mine de ne pas comprendre qu'ils n'ont pas le droit de bloquer les routes d'accès aux entreprises et les commerces."

Le SDI conseille dès lors aux personnes et aux entreprises préjudiciées "de ne pas hésiter à faire appel à la police, qui est légalement tenue d'intervenir dans les cas de ce genre", et rappelle que, jeudi dernier à la Chambre, "le Premier ministre Elio Di Rupo a expressément chargé la police, qu'elle soit communale ou fédérale, d'intervenir pour faire respecter le droit au travail et déloger les piquets de grève qui empêcheraient l'accès des non grévistes à leur lieu de travail".

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires