Grève chez Agfa-Gevaert: la direction condamne "la prise d'otages"

03/03/14 à 10:50 - Mise à jour à 10:50

Source: Trends-Tendances

La direction du groupe Agfa-Gevaert espère toujours réussir à éviter un conflit physique sur le site de l'entreprise à Mortsel malgré les tensions toujours très vives sur place, a indiqué le CEO Christian Reinaudo lundi lors d'une conférence de presse à Anvers.

Grève chez Agfa-Gevaert: la direction condamne "la prise d'otages"

© BELGA

Si Christian Reinaudo dit pouvoir comprendre le mouvement de grève des travailleurs, il condamne par contre "la prise d'otages" en cours devant l'usine dont l'accès est refusé aux personnes désireuses de travailler.

M. Reinaudo déplore le comportement des syndicats et travailleurs grévistes qui, selon lui, restent bloqués "dans une situation qui relève du passé", en référence au règlement en matière de prépensions, et ce alors que le monde et la réalité économique ont entre-temps évolué. "En tant que direction, nous n'avons pas de mauvaises intentions, mais nous faisons ce que nous pouvons et ce que nous devons faire pour assurer la pérennité de l'entreprise", a déclaré le CEO. "Nous avions sur ce point bien avancé et même la situation internationale s'améliore, c'est pourquoi ce conflit est pour le moins regrettable."

Christian Reinaudo a répété lundi qu'il ne souhaitait pas de guerre au sein de l'entreprise - "notre vrai combat reste celui que nous menons contre nos concurrents" - et espère que la future conciliation permettra de déminer la situation. "Il y aura des discussions à tous les niveaux, le monde politique a par exemple été, lui aussi, sensibilisé par les événements récents", a-t-il précisé.

"Une médiation va avoir lieu, les activités des huissiers suspendues"

"Une sorte de médiation va avoir lieu, nous suspendons les activités des huissiers", a déclaré le porte-parole du groupe. "Les premiers contacts se dérouleront probablement dans le courant de la journée". La direction avait envoyé des huissiers ce lundi matin à l'entrée du site mais les accès étaient bloqués par des centaines de travailleurs. La police était également sur place avec des canons à eau.

Selon les syndicats, la réunion devrait être organisée avec un médiateur social issu du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale.

Le piquet de grève installé devant les portes de l'entreprise reste pour l'instant en place. Une large partie des policiers, ainsi que les camions équipés de canons à eau, ont quitté les lieux. Selon la FGTB, l'astreinte qui pourrait être infligée aux personnes présentes au piquet de grève s'élèverait à 5.000 euros par personne, une information que la direction n'a pas confirmée.

Comme l'avaient annoncé les syndicats durant le week-end, la grève se poursuit ce lundi au sein de l'entreprise Agfa-Gevaert, alors que la proposition de CCT a été approuvée vendredi, malgré une forte opposition de 65,58% des travailleurs, mais moins que la majorité des deux tiers nécessaire pour bloquer le projet. Les travailleurs sont en grève depuis le jeudi 20 février pour protester contre le manque de volonté de la direction de faire des concessions. Les syndicats contestent principalement un règlement qui impliquerait des économies sur les prépensions.

En savoir plus sur:

Nos partenaires