Grèce: professions libérales et agriculteurs dans la rue contre la réforme de retraites

21/01/16 à 14:50 - Mise à jour à 14:50

Source: Belga

(Belga) Plus de 6.000 personnes, selon la police, pour la plupart des professionnels travaillant à leur compte, ingénieurs, avocats et médecins, ont manifesté jeudi à Athènes contre un projet de loi controversé concernant la réforme de retraites, réclamé par les créanciers de la Grèce.

Grèce: professions libérales et agriculteurs dans la rue contre la réforme de retraites

Grèce: professions libérales et agriculteurs dans la rue contre la réforme de retraites © BELGA

"Non à la loi qui nous jette à la rue", "Nous réclamons de la sécurité sociale, du travail et des conditions de vie dignes", mentionnaient les banderoles des manifestants, dont la mobilisation est qualifiée de "révolution des cravates" par les médias grecs. Sous la pression des créanciers, UE et FMI, qui réclament une réduction de 1,8 milliard d'euros des dépenses de l'État pour les retraites, le gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras a récemment présenté un projet de loi visant à réduire les pensions les plus élevées et augmenter les charges sociales. "Selon ce projet de loi, 84% de nos revenus seront consacrés aux impôts et aux cotisations", soutient Haris, un ingénieur de 35 ans. "Si cette réforme est adoptée, je serai contraint de quitter la Grèce pour trouver du travail à l'étranger", ajoute-t-il. De leur côté, les agriculteurs poursuivaient jeudi le déploiement de centaines de tracteurs le long des grands axes routiers du pays, sans toutefois pour l'instant bloquer la circulation. Comme les marins, qui concluaient une grève de 48 heures ayant ancré au port les ferries desservant les îles, les agriculteurs réclament le maintien de l'autonomie de leurs régimes de retraites, et rejettent le projet de loi qui prévoit d'unifier le système, très disparate, au sein d'une seule caisse nationale. Face à cette levée de boucliers, le ministre du Travail, Georges Katrougalos, a entrepris d'étudier les possibilité de revoir à la baisse les cotisations des professions libérales et auto-entrepreneurs, au moins pour une période transitoire. Le projet de loi controversé, qui sera débattu début février au Parlement, où le gouvernement ne dispose que d'une majorité de 153 voix sur 300, prévoit de mettre tous les Grecs au même régime: un total de cotisations porté à 20% des revenus, une réduction des pensions les plus élevées et l'instauration d'une retraite nationale minimum de 384 euros après 15 ans de cotisations. (Belga)

Nos partenaires