FN Herstal: le gouvernement wallon invite la direction à renouer le dialogue

30/10/17 à 14:20 - Mise à jour à 14:20

Source: Belga

Le gouvernement wallon a promis d'inviter la direction de l'entreprise d'armement herstalienne à renouer le dialogue avec les travailleurs, a annoncé le ministre-président Willy Borsus à l'issue de la rencontre avec la délégation syndicale. Une rencontre qualifiée de "positive et sereine" par le président de la délégation FGTB.

FN Herstal: le gouvernement wallon invite la direction à renouer le dialogue

© Belga

Environ 300 travailleurs de l'entreprise FN Herstal ont accompagné lundi matin la délégation FGTB venue rencontrer deux représentants du gouvernement wallon, le ministre-président Willy Borsus et le ministre de l'Economie et de tutelle de FN Herstal, Pierre-Yves Jeholet.

À l'issue d'une réunion de près de deux heures, Willy Borsus s'est engagé à inviter la direction à renouer le dialogue. "Le but était effectivement de demander que le dialogue reprenne notamment sur l'avenir industriel, l'organisation de la flexibilité dans l'entreprise, sur des revendications syndicales, mais aussi pour que le travail puisse reprendre. Nous allons inviter l'entreprise à se remettre autour de la table pour reprendre la négociation", a-t-il déclaré.

Une rencontre qui s'est déroulée dans un climat "serein" tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. "Ce contact, si la direction l'accepte, permettra de reprendre les négociations sur l'harmonisation des statuts et le plan de transformation, avec une conclusion prévue avant la fin de l'année", a indiqué Gianni Angelucci, président de la délégation FGTB. La réunion sera fixée à court terme et sera déterminée lundi après-midi. "Si la direction ne nous contacte pas, elle montrera aux ministres que ce n'est pas nous les irresponsables dans cette boîte", a-t-il ajouté.

Une assemblée générale est par ailleurs prévue mardi à 9h (au plus tard) lors de laquelle les travailleurs décideront de reprendre ou non le travail. "Si le contact reprend, nous proposerons aux travailleurs d'arrêter la grève, mais ce sont eux qui décideront ou non de reprendre les activités. À partir du moment ou le cadre de discussion est serein, il n'y aura pas de raison d'avoir des blocages supplémentaires dans l'entreprise", a conclu le syndicat.

Nos partenaires