FN Herstal: "Aucun agenda caché de délocalisation", jure la direction

26/04/16 à 10:58 - Mise à jour à 10:58

Source: Belga

La direction du groupe Herstal a répété lundi n'avoir "aucun agenda caché de délocalisation, aucune perspective de perte d'emploi à Liège", affirmant au contraire avoir "un plan de croissance" alors que deux entreprises du groupe, FN Herstal et Browning international, sont en grève depuis le 21 avril. Une nouvelle proposition de réunion a été faite aux organisations syndicales.

FN Herstal: "Aucun agenda caché de délocalisation", jure la direction

© BELGA

Le front commun syndical reproche à la direction de recourir à la sous-traitance alors que les entreprises ne tournent pas au maximum de leurs capacités. Les syndicats, mandatés par le personnel, veulent également rencontrer l'ensemble du conseil d'administration du groupe et non son seul président.

Dans un communiqué, la direction du groupe FN Herstal souligne une nouvelle fois son incompréhension "totale" par rapport au mouvement de grève et précise que le conseil d'administration du groupe wallon a déjà proposé à deux reprises une rencontre avec les organisations syndicales.

Le conseil d'administration, qui s'est à nouveau réuni lundi matin, confirme en outre, une fois de plus, n'avoir "aucun agenda caché de délocalisation, aucune perspective de perte d'emploi à Liège, mais au contraire un plan de croissance."

"Malgré les assurances déjà données sur l'absence de tout plan de délocalisation et les propositions de rencontre, le blocage semble persister. Afin de restaurer le dialogue, le conseil d'administration a décidé de proposer une réunion avec les présidents des délégations syndicales de l'entreprise, les organisations syndicales au niveau des secrétaires régionaux, le président du conseil d'administration, l'administrateur délégué et le président du holding wallon Wespavia, qui est l'actionnaire du groupe Herstal et à ce titre membre du Conseil d'administration de FN Herstal", poursuit le communiqué.

"Cette réunion a été acceptée par les représentants syndicaux sous réserve qu'une visite des ateliers soit organisée avec l'ensemble du conseil d'administration. En réaction à cette nouvelle demande, le conseil a confirmé le mandat confié aux trois administrateurs précités pour participer à cette visite en son nom. Nous espérons que les représentants syndicaux accepteront de restaurer le dialogue et que l'activité pourra reprendre dans les plus brefs délais", conclut la direction.

En savoir plus sur:

Nos partenaires