Fille au pair, un statut flou victime d'abus

07/07/14 à 08:43 - Mise à jour à 08:43

Source: Trends-Tendances

Les services d'inspection et des associations d'aides aux victimes plaident lundi dans le quotidien De Standaard en faveur de la suppression du statut de travailleur au pair qui permet de trop nombreux abus.

Fille au pair, un statut flou victime d'abus

© Thinkstock

Ce statut est censé permettre à des jeunes d'apprendre la langue et la culture du pays d'accueil, en étant logés gratuitement et en bénéficiant d'émoluments en contre-partie de tâches ménagères légères.

"Mais en réalité, il s'agit d'une filière opaque pour l'immigration par le travail qui conduit directement à l'exploitation", estime Omar Garcia de l'Orca, l'Organisation pour les travailleurs immigrés clandestins, une asbl qui vient en aide aux employés domestiques. Les travailleurs au pair ont besoin d'un permis de travail B. 307 jeunes ont pu en bénéficier en 2013. En réalité, il y a pourtant beaucoup plus de travailleurs au pair car les résidents de l'Union européenne n'ont pas besoin de permis B.

Les services de l'inspection au travail constatent de nombreux abus. Seulement 26 familles d'accueil ont fait l'objet d'un contrôle l'année dernière et parmi elles 17 étaient dans une situation d'abus. "Nous plaidons pour la suppression du statut", disent en choeur Omar Garcia, de l'asbl Orca, et Marc Willems, du service d'inspection.

En savoir plus sur:

Nos partenaires