Ferrari s'apprête à entrer en Bourse

29/10/14 à 18:19 - Mise à jour à 18:19

Source: Belga

Le constructeur Fiat Chrysler Automobiles (FCA), désormais entièrement intégré et coté à New York, va poursuivre sa mue avec la séparation et l'entrée en Bourse de sa prestigieuse marque de voitures de sport Ferrari.

Ferrari s'apprête à entrer en Bourse

Ferrari © Reuters

Signe que les temps changent rapidement pour le septième groupe automobile mondial, le conseil d'administration de FCA se réunissait mercredi pour la première fois à Londres, où il a à présent son siège fiscal, loin des racines historiques de Fiat à Turin, dans le nord de l'Italie.

Ses décisions étaient très attendues, notamment sur la manière dont le groupe entend financer l'ambitieux plan de développement sur cinq ans de quelque 48 milliards d'euros annoncé au printemps et prévoyant de vendre à terme sept millions de voitures par an (contre 4,4 millions l'an dernier).

La stratégie retenue consistera à placer en Bourse une partie de sa filiale de voitures de luxe Ferrari et à émettre une obligation convertible pouvant aller jusqu'à 2,5 milliards de dollars, a expliqué FCA dans une série de communiqués.

"Il est approprié que nous poursuivions deux voies séparées pour FCA et pour Ferrari dans l'optique du renforcement de notre plan 2014-2018", a expliqué l'administrateur délégué Sergio Marchionne.

Ferrari constituera à l'avenir une société séparée. FCA entend céder 10% de son capital via une offre publique et distribuer le reste à ses propres actionnaires.

Les titres Ferrari "seront cotés aux Etats-Unis et sur un autre marché européen", a indiqué FCA sans préciser lequel. L'opération devrait être mise en oeuvre en 2015.

"Aujourd'hui est une journée importante. Nous avons réglé une série de problèmes que nous traînions avec nous depuis des années", a souligné M. Marchionne, qui a pris il y a six semaines la présidence de Ferrari, en remplacement de Luca Cordero di Montezemolo, qui occupait le poste depuis plus de 20 ans.

Figure emblématique du secteur, M. de Montezemolo se serait opposé à l'idée d'une entrée en Bourse de Ferrari. Il était en outre fragilisé par les médiocres résultats de son écurie de Formule 1.

En savoir plus sur:

Nos partenaires