Fermeture de Mini-Europe et d'Océade : 120 emplois concernés

05/03/13 à 12:18 - Mise à jour à 12:18

Source: Trends-Tendances

Les parcs Mini-Europe et Océade fermeront définitivement leurs portes le 31 août 2013, a annoncé mardi Thierry Meeus, administrateur général des deux parcs, à l'issue d'une assemblée du personnel. Environ 120 emplois sont concernés par cette annonce.

Fermeture de Mini-Europe et d'Océade : 120 emplois concernés

© Image Globe

Par une lettre du 15 janvier dernier, Brussels Expo a confirmé la fin de la concession d'exploitation des deux parcs pour le 31 décembre 2013, a expliqué Thierry Meeus. "Nous avons donc averti aujourd'hui notre personnel de l'intention de fermeture et de l'application de la loi Renault", a-t-il poursuivi très ému tout en remerciant, le personnel avec lequel il a collaboré durant plus de 25 ans.

Il était à un certain moment question de délocaliser Mini-Europe à Courtrai ou à Braine-l'Alleud. "Malgré de nombreux contacts, ce sont deux projets qui ne se feront pas, étant donné les investissements financiers nécessaires", répond Thierry Meeus.

Après observation de la procédure de la loi Renault, la direction d'Océade et de Mini-Europe se conformera aux clauses du contrat de concession et devra vraisemblablement procéder au démantèlement des deux parcs. Une opération qui devra être terminée au plus tard le 31 décembre 2013.

La direction des deux parcs entend néanmoins proposer un service optimal aux visiteurs jusqu'au 31 août inclus. Plus de 240.000 personnes visitent chaque année Océade, tandis qu'ils sont plus de 360.000 à se rendre à Mini-Europe par an. Ce dernier parc rouvrira ses portes au public le 16 mars prochain.

Pour les écologistes, c'est une absurdité Fermer Mini-Europe, une attraction d'envergure internationale qui cartonne, dans la capitale de l'Europe en manque de symboles européens, est une absurdité, ont dénoncé mardi les Verts, à l'annonce de la fermeture prochaine des parcs de loisirs Mini-Europe et Océade.

Pour les chefs de file du groupe Ecolo-Groen au conseil communal de la Ville de Bruxelles, il ne faut pas seulement tabler sur la création future de 1.000 emplois sur le site de Neo, pour ne pas se préoccuper de la disparition de 120 emplois réels.

"En matière d'emploi, le décompte pour Neo est déjà de 120 emplois en moins et non de 1.000 en plus", ont déploré Marie Nagy (Ecolo) et Bart D'Hondt (Groen). Pourtant, ont-ils souligné, dans une interview, le président du CPAS, Yvan Mayeur (PS), tirait encore la sonnette d'alarme, lundi, à propos de la situation de l'emploi à Bruxelles où il y a actuellement 18.000 chômeurs, avec des taux de chômage de près de 50% chez les jeunes dans certains quartiers comme Annessens, Laeken ou le Quartier Nord.

Or, la nouvelle majorité PS/MR de la Ville souhaite donner priorité à la création d'emplois, ont poursuivi les Verts, dans un communiqué. Ecolo-Groen dit partager cet objectif face à la gravité de la situation et au chômage notamment des jeunes. "Mais cet engagement doit également se traduire dans les différentes politiques de la Ville", ont-ils insisté.

En savoir plus sur:

Nos partenaires