Fait-il trop chaud pour travailler? Voici les mesures que doit prendre votre employeur

25/07/18 à 11:38 - Mise à jour à 15:32

Source: Trends-Tendances

Il fait (et va faire) très chaud les prochains jours. Fera-t-il trop chaud pour travailler ? C'est la question à laquelle répond le Syndicat Neutre pour Indépendants (SNI) dans un communiqué.

Fait-il trop chaud pour travailler? Voici les mesures que doit prendre votre employeur

© Getty Images/iStockphoto

Tout dépend en premier lieu de la nature du travail exercé par les travailleurs. "Il sera en tout cas vain de mesurer la température avec un thermomètre. Afin de mesurer la température maximale à laquelle les travailleurs sont autorisés à travailler, il faut utiliser un appareil, c'est-à-dire un 'thermomètre à globe humide' ('wet bulb globe thermometer' ou WBGT), qui tient compte de différents facteurs : la température, mais également l'humidité ambiante et la vitesse de l'air, comme l'explique le SNI.

Vêtements légers, boissons supplémentaires et air conditionné

Si les valeurs maximales sont dépassées, l'employeur doit prendre quelques mesures. Il ressort d'une enquête menée par le SNI, à laquelle 402 entreprises ont participé, que 97 pourcent des employeurs le font : ils prévoient surtout des boissons supplémentaires, d'ajouter des périodes supplémentaires de pause et d'installer des ventilateurs et de l'air conditionné.

Chez trois quarts des employeurs, les travailleurs peuvent également mettre des vêtements plus légers pour travailler. La plupart des entreprises trouvent également qu'il n'est pas grave que leurs travailleurs masculins viennent travailler en bermuda pendant cette période de canicule.

Travail "lourd" ou "léger"

La limite permettant de déterminer s'il fait ou non trop chaud pour travailler varie selon que le travailleur exerce un travail très lourd ou un travail léger. La limite maximale varie entre 18 degrés WBGT pour un travail très lourd et 29 degrés WBGT pour un travail léger. Des graduations existent. Un travail de bureau étant considéré comme "très léger", un travail debout "semi-lourd", un travail debout avec déplacements ou charges à porter comme "lourd ou très lourd".

C'est à l'employeur de prendre des mesures

Lorsque la température maximale est dépassée en fonction de la nature du travail, l'employeur doit prendre quelques mesures. Ainsi, il doit fournir des équipements individuels ou collectifs de protection adaptés, comme par des exemples de la protection solaire.

En outre, il doit prévoir de l'eau et des boissons rafraîchissantes et il peut adapter les horaires de travail. Il doit également installer une ventilation artificielle (ventilateurs ou air conditionné) dans les 24 heures qui suivent la constatation de la nuisance.

Instaurer des pauses si la canicule persiste

Si la canicule persiste pendant une longue période, l'employeur devra prévoir des pauses, qu'il est préférable de fixer en concertation avec le médecin du travail. La durée de ces pauses dépend de la nature du travail, de la température et de la durée d'exposition à la chaleur. En cas de chaleur extrême, les pauses seront des pauses de longue durée.

Des glaces et des chapeaux

Selon l'enquête menée par le SNI, à laquelle 402 entreprises ont participé, que 97 % des entreprises ont pris une ou plusieurs des mesures suivantes :

-Prévoir des boissons supplémentaires : 84%;

-Prévoir des pauses supplémentaires : 64%;

-Prévoir l'air conditionné ou placer un climatiseur en hauteur : 42 % ;

-Prévoir des ventilateurs : 37 % ;

-Proposer des crèmes glacées : 29 % ;

-Utiliser d'autres horaires de travail (par exemple : commencer le travail plus tôt et le finir plus tôt) : 28 % ;

-Travailler à un rythme plus faible : 23 % ;

-Proposer des fruits : 17 % ;

-Placer des stores : 15 % ;

-Proposer des chapeaux : 8 %.

En short?

Trois quarts des entreprises permettent également à leurs travailleurs de venir travailler avec des vêtements plus légers que d'habitude. Pour le moment, 64 pourcent des entreprises n'ont rien contre le fait que leurs travailleurs masculins mettent des pantalons plus courts pour travailler. En outre, il ne s'agit alors pas d'un short de sport mais d'un bermuda habillé, conclut le communiqué.

Nos partenaires