Factures impayées : 9,15 milliards de perte sèche en Belgique

23/05/11 à 14:46 - Mise à jour à 14:46

Source: Trends-Tendances

Le nombre de factures jamais payées a de nouveau augmenté en Europe, à 312 milliards d'euros durant l'année écoulée et 1.300 milliards sur cinq ans. En Belgique, les factures jamais acquittées ont entraîné une perte sèche de 9,15 milliards dans le chef des entreprises.

Factures impayées : 9,15 milliards de perte sèche en Belgique

© Thinkstock

L'European Payment Index 2011 montre qu'en Europe, le nombre de factures jamais payées a de nouveau augmenté pour passer de 2,6 % en 2009 à 2,7 % en 2010, indique Intrum Justitia lundi. Ceci équivaut à une somme record de 312 milliards d'euros à passer en perte.

"Au total des cinq dernières années, on arrive au montant astronomique de 1.300 milliards d'euros, un pactole qui ne bénéficiera jamais aux créanciers et ne pourra donc être investi en innovation, en recherche et développement ou en emplois, indique encore le spécialiste européen des services de gestion du crédit. 45 % des entreprises concèdent n'avoir pas investi dans l'innovation en raison de la récession."

Plus encore : "En 2010, ce ne sont pas moins de 600 entreprises qui, chaque jour, ont dû faire aveu de faillite. 52 % des entreprises indiquent ressentir fortement le manque de liquidités : les entrepreneurs sont coincés entre les paiements tardifs de leurs clients et l'insistance de leurs fournisseurs, eux-mêmes pressés d'être payés. Cette situation est encore compliquée par les difficultés d'obtention de crédit auprès des banques. Obtenir le paiement de son travail ou de son service en temps voulu n'a jamais été aussi important pour la santé financière de nos entreprises."

64 % des entreprises estiment qu'un facture impayée l'est intentionnellement

La septième édition de l'European Payment Index souligne à quel point, chez nous, il reste difficile d'obtenir un paiement en temps voulu : à peine la moitié de toutes les factures du pays sont payées au terme convenu.

Les entreprises belges expliquent ces retards de paiement par plusieurs facteurs, avance Intrum Justitia : 82 % par les difficultés financières du débiteur, 64 % par la volonté même du débiteur, 45 % par un litige commercial. "Il est frappant de constater que 69 % des personnes interrogées reconnaissent que les retards de paiement trouvent leur cause dans l'inefficacité administrative ou tout simplement dans une forme d'insouciance face à cette situation."

Pour la Belgique, en 2010, le montant total des factures non payées a atteint 9,15 milliards d'euros. Ici encore, on note une progression de 2,5 % à 2,6 %.

"Les effets de la crise économique se font encore sentir pour un grand nombre de consommateurs"

Les mauvaises nouvelles sont à trouver dans le net ralentissement des paiements des consommateurs belges (+ 33 %). "Les effets de la crise économique se font encore sentir pour un grand nombre de consommateurs, analyse Guy Colpaert, managing director d'Intrum Justitia Belgique. Nous le constatons aussi par d'autres signes, comme le nombre record de règlements collectifs de dettes en 2010."

Les consommateurs belges attendent en moyenne 39 jours avant de payer une facture (quatre jours de plus qu'en 2010), c'est 16 jours de plus que le délai de paiement autorisé qui, en moyenne, est de 23 jours.

La bonne nouvelle, pour Intrum Justitia, vient des entreprises et des pouvoirs publics, qui respectent mieux les délais de paiement qu'en 2010. Les pouvoirs publics restent certes les plus mauvais élèves de la classe avec un temps d'attente moyen de 72 jours avant d'effectuer un paiement, mais on constate que ce retard s'est réduit de quatre jours par rapport à 2010.

"En dépit d'une évolution positive dans le chef des pouvoirs publics, il reste encore beaucoup de chemin à accomplir pour améliorer sensiblement les délais de paiement, indique Guy Colpaert. Ceci exigera une attention accrue et une importante simplification des procédures administratives."

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires