EXCLUSIF: BSCA : rififi politique autour de la nomination des administrateurs

18/03/10 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Source: Trends-Tendances

Si l'on connaît déjà les noms des administrateurs qui siégeront pour le consortium Save/Holding communal, il n'en va pas de même pour les 12 administrateurs publics restants. Le renouvellement se fait étonnamment attendre. En cause : le choix du ministre Antoine - malin comme un singe - d'appliquer la "grille D'Hondt" non sur les 12 mandats mais sur six uniquement.

EXCLUSIF: BSCA : rififi politique autour de la nomination des administrateurs

© Belga

Suite à la signature du closing, on sait que le conseil d'administration de BSCA doit avoir un nouveau visage. Il est ainsi convenu qu'il passe de 12 administrateurs publics à 19 membres. Les 12 représentants (dont le futur CEO) actuels du public seront ainsi rejoints par quatre administrateurs de Save/Holding communal et trois administrateurs indépendants (deux proposés par la Région wallonne et un par le consortium).

Si l'on connaît déjà les noms des administrateurs qui siégeront pour le consortium italo-belge (Enrico Marchi et Paolo Simioni pour les Italiens, Carlos Bourgeois et Christophe Jonlet pour les Belges), il n'en va pas de même pour les 12 administrateurs publics restants. Le renouvellement se fait étonnamment attendre.

Prévu en février dernier, le conseil d'administration n'a finalement pas convoqué l'assemblée générale extraordinaire nécessaire pour valider le nouveau CA. Il est vrai que les négociations pour la répartition sont tendues. En cause : le choix du ministre de tutelle, André Antoine, d'appliquer la "grille D'Hondt" - qui permet de pondérer les influences politiques en fonction du résultat des dernières élections - non sur les 12 mandats mais sur six uniquement. Le ministre considérerait en effet qu'il faut retirer du total le mandat du futur CEO, les deux de la Sogepa, les deux de Sambrinvest et celui d'Igretec.

Dans cette hypothèse, sur les six derniers mandats, deux reviendraient au PS, un à Ecolo, un au cdH et un au MR. Etonnant car, si la "grille D'Hondt" était appliquée à 11 mandats, le cdH bénéficierait d'un mandat supplémentaire. Malin comme un singe, André Antoine sait toutefois qu'avec une méthode de calcul portant sur six mandats, il s'offre la possibilité d'imposer des proches étiquetés cdH tant chez Sambrinvest qu'à la Sogepa. Ce qui lui permettrait de mettre la main sur cinq mandats d'administrateur au total...

Seule avancée au tableau : il se dit que le poste de président du conseil d'administration - aujourd'hui occupé par le président faisant fonction Dominique Hausman (cdH) - reviendrait à Laurent Levêque (PS).

Valéry Halloy

En savoir plus sur:

Nos partenaires