En images: le Tupolev 144, rival russe du Concorde, a 50 ans

26/01/18 à 14:09 - Mise à jour à 14:12

Vladimir Poutine s'est dit favorable au développement d'un nouvel avion supersonique civil russe, 50 ans après le légendaire Tu-144 soviétique, surnommé "Concordski", au coeur d'une retentissante affaire d'espionnage industriel pendant la Guerre froide.

Dans les années 60, forte de ses succès spatiaux, l'URSS avait décidé de se lancer dans la course à l'avion supersonique civil, où le tandem franco-britannique avait déjà pris une sérieuse avance. Mobilisant leurs services secrets, les Soviétiques parviennent alors à obtenir des renseignements sur Concorde et comblent leur retard, réussissant même à faire décoller leur Tupolev 144 le 31 décembre 1968, trois mois avant son concurrent. La ressemblance des deux avions est si frappante que le Tupolev sera rebaptisé "Concordski" par ses détracteurs. L'avion soviétique aura finalement un destin avorté, après un accident au salon du Bourget de 1973, qui causa la mort de 14 personnes.

Un nouvel avion supersonique civil, 50 ans après?

Vladimir Poutine, qui multiplie les annonces avant la présidentielle du 18 mars, a assisté à des essais d'une version modernisée du Tu-160, un bombardier supersonique conçu à l'époque soviétique. "Il nous faut une version civile" de cet avion, a déclaré le président russe, cité par les agences russes. Le patron de la holding de l'aviation civile russe, Iouri Slioussar, lui a répondu qu'un projet de ce type était en cours de préparation.

La Russie tente depuis une décennie de relancer son aviation civile, ruinée après la chute de l'URSS.

Elle a lancé en 2011 l'appareil régional Superjet 100, assemblé par l'avionneur russe Soukhoï avec la participation de l'italien Finmeccanica et de nombreux équipementiers européens. Mais il a peiné à trouver des clients au-delà de la Russie et le programme a rencontré des difficultés financières.

La Russie travaille à un moyen-courrier, le MC-21 de la société Irkout, qui a effectué en mai dernier son vol d'essai et qui vise un marché très disputé dominé par les Airbus A320 et le Boeing B737.

L'URSS avait déjà disposé un temps d'un avion supersonique civile, le Tupolev Tu-144, à l'origine de l'une des plus célèbres affaires d'espionnage de la guerre froide.

Nos partenaires