Emploi : "Le plancher historique de janvier 2010 appartient au passé"

08/02/11 à 11:02 - Mise à jour à 11:02

Source: Trends-Tendances

Le Monster Employment Index a retrouvé en janvier son niveau d'avant la crise. Selon le patron de Monster Belgique, les employeurs devront "opérer une sélection plus large sur la base des compétences et du potentiel plutôt qu'en se focalisant sur le diplôme et l'expérience".

Emploi : "Le plancher historique de janvier 2010 appartient au passé"

© Thinkstock

Le Monster Employment Index a retrouvé en janvier son niveau d'avant la crise (mai 2009), et ce, "en dépit de la tendance saisonnière qui caractérise le marché des offres d'emploi en ligne et qui fait que le mois de janvier est souvent synonyme d'un index en recul", souligne le site Internet d'offres d'emploi dans un communiqué.

D'une année à l'autre, le nombre d'offres d'emploi en ligne progresse de 14 points, soit + 16 %, chiffre encore Monster, qui constate "par ailleurs que, depuis le mois d'avril de l'année dernière, l'index a affiché sans interruption une croissance d'une année à l'autre. Le plancher historique de janvier 2010 appartient ainsi clairement au passé."

L'Employment Index, précise Monster, se base sur une analyse mensuelle de plusieurs millions d'offres d'emploi en ligne, provenant d'une sélection représentative de sites Internet d'entreprises et de sites d'offres d'emploi au sein de l'Union européenne, dont Monster.be.

"Nous continuons, en janvier, à afficher un résultat de très bonne facture, qui indique que la demande de nouveaux travailleurs se maintient sur notre marché de l'emploi", commente Bernard Hensmans, country manager de Monster Belgique.

Dès lors, "sur un marché de l'emploi étroit, il sera primordial pour les employeurs d'opérer une sélection plus large sur la base des compétences et du potentiel plutôt qu'en se focalisant sur le diplôme et l'expérience, précise encore le patron de Monster Belgique. Face à la pénurie de talents mobilisables immédiatement, les entreprises devront en moyenne investir, beaucoup plus que ce n'est déjà le cas actuellement, dans le capital humain qu'elles attirent ou qu'elles possèdent déjà."

Dans ce contexte, "elles pourraient plus concrètement engager plus de personnes appartenant aux groupes à risque et accorder une importance accrue à la formation théorique et pratique en tant que levier essentiel permettant d'assurer et d'accroître l'employabilité du personnel.

Les entreprises qui opèrent délibérément ce choix "développeront un avantage concurrentiel, dans la mesure où elles pourront répondre de manière plus durable et planifiée à leurs besoins actuels et futurs de talents", conclut Bernard Hensmans.

Trends.be

En savoir plus sur:

Nos partenaires