Emploi : 2014 sera une année timide pour le recrutement

10/12/13 à 10:13 - Mise à jour à 10:13

Source: Trends-Tendances

Si 2013 avait commencé par montrer quelques légers signes d'embellie en matière d'embauche, 2014 devrait suivre également cette tendance : de l'emploi oui, mais restons prudents.

Emploi : 2014 sera une année timide pour le recrutement

© Image Globe

Selon le baromètre de ManpowerGroup, concernant le 1er trimestre de 2014, seuls 4% des 750 employeurs interrogés durant le mois d'octobre prévoient de renforcer leurs effectifs d'ici la fin du mois de mars 2014, tandis que 5% d'entre eux envisagent malheureusement des réductions de personnel.

Une bonne nouvelle quand même ressort de ce baromètre trimestriel. Si l'embauche ne sera effectivement pas flagrante en 2014, 90% des employeurs sondés par ManpowerGroup prévoient quand même de maintenir, au cours du 1er trimestre 2014, leurs effectifs au même niveau qu'en 2013.

"La prudence reste de mise chez les employeurs dans les trois régions du pays et dans tous les secteurs à l'aube de 2014" explique Philippe Lacroix, Managing Director de ManpowerGroup BeLux.

Prudence ou incertitude ? Difficile de trancher... La Prévision nette d'emploi, c'est-à-dire la différence entre le pourcentage d'employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements, reste très modérée vu qu'elle s'établit à -2 en Wallonie, -1 en Flandre et 0 à Bruxelles.

Quant au secteur, il vaut mieux privilégier les secteurs de l'Electricité, gaz et eau (+3), du Transport et de la logistique, ainsi que de l'Agriculture et de la pêche (tous deux à +2) et des Services publics de l'éducation, de la santé et des services collectifs (+1) si on cherche à être engagé en 2014. Quant aux six secteurs à "éviter", vu que les intentions de recrutement y sont négatives ou au mieux nulles, il s'agit du secteur de la Construction qui se montre le plus pessimiste (-5 soit la prévision la plus faible depuis le lancement de l'enquête lors du 3e trimestre 2003), suivi par ceux du secteur de la Finance, de l'assurance, de l'immobilier et des services aux entreprises (-3). L'activité de recrutement devrait rester quasiment à l'arrêt dans les secteurs du Commerce de gros et de détail (0), de l'Horeca (-1), de l'Industrie manufacturière (-1) et des Industries extractives (-1).

Une tendance unanime

"Certes, la situation devrait continuer à se stabiliser sur le marché de l'emploi en Belgique, et même s'améliorer légèrement au cours des trois prochains mois dans la majorité des 42 pays couverts par notre enquête, souligne Philippe Lacroix. L'incertitude ambiante préoccupe toujours les employeurs et les signes de reprise en particulier dans l'Eurozone sont encore trop tièdes pour que cela ne se traduise déjà dans des intentions de recrutement plus favorables. On observe cependant certains frémissements positifs au niveau de l'intérim en Belgique et on peut s'attendre à ce que le marché de l'emploi s'oriente progressivement à la hausse en 2014."

Cette tendance frileuse à l'embauche s'observe également au niveau mondial et en Europe : 34 pays sondés (sur 42) affirment qu'il y aura des embauches (ils étaient 29 au trimestre précédent), même si ces engagements se feront à un rythme modéré. Ainsi on retrouvera les employeurs les plus optimistes à Taiwan (+39), en Inde (+33), en Nouvelle Zélande (+21), en Colombie (+19) et à Singapour (+19), tandis que les "pessimistes européens" sont: l'Italie (-10, en négatif pour le douzième trimestre consécutif), la Finlande (-6), l'Irlande (-6), l'Espagne (-4), la Slovaquie (-2) et notre pays (-1).

En savoir plus sur:

Nos partenaires