Embargo russe: quel impact sur les producteurs européens ?

07/08/14 à 14:43 - Mise à jour à 14:43

Source: Trends-Tendances

La Russie va se priver de nombreux produits frais en suspendant ses importations agroalimentaires en provenance d'Europe, mais les sanctions risquent aussi d'engorger l'espace communautaire qui perd un débouché important, en fruits et légumes notamment.

Embargo russe: quel impact sur les producteurs européens ?

© Belga

Avec l'Ukraine (avant la crise) et le Brésil, l'Allemagne et les Pays-Bas figuraient en 2013 parmi les principaux fournisseurs de la Russie, qui importe 35% de sa consommation alimentaire. Ce pays absorbe ainsi 10% des exportations agricoles et agroalimentaires de l'UE, pour un montant de 11,8 milliards d'euros par an, selon Eurostat.

"La Russie est exportatrice de céréales, mais fortement importatrice de légumes et fruits et de produits transformés tels la viande, les produits laitiers", a rappelé Xavier Beulin, patron du principal syndicat agricole français, la FNSEA.

Fruits frais, fromages, porcs ... représentent à chaque fois un volume d'affaires d'un milliard d'euros environ. Ce sont avec les légumes (770 millions) les marchandises qui manquent le plus aux tables russes et constituent les principales importations alimentaires d'Europe avec les vins et spiritueux (1,5 milliard euros).

Fruits... Les pommes, les tomates et les pêches en particulier sont achetées chez les Européens qui traversent justement une grave crise cette saison, en raison d'une production abondante et hautement périssable qui se fait concurrence aux étals.

D'où un double effet probable que redoutent déjà les producteurs, résume M. Beulin: "la Russie se ferme aux importations, mais les produits qui n'iront plus à l'exportation vont se rabattre sur les pays européens et créer une situation de crise", craint-il.

Selon le président de la fédération des producteurs de fruits français (FNPF), Luc Barbier, les "Espagnols exportaient (en 2012) environ 100.000 tonnes de fruits vers l'Ukraine et la Russie: autant de quantité qui vont se rabattre sur le marché communautaire" prédit-il.

Italie, Espagne et France traversent déjà la guerre de la pêche nectarine avec des prix effondrés et "la catastrophe" se profile avec la pomme, annonce-t-il.

Les Français ont expédié pour près de 26 millions d'euros de fruits en Russie en 2012 selon M. Barbier.

"Mais cette année, la Pologne qui exportait beaucoup vers la Russie attend une récolte abondante qui va naturellement se reporter sur le marché intérieur" de l'UE.

Selon la Wapa, l'association mondiale des producteurs de pommes et de poires, la Pologne est de loin le plus gros producteur de pommes de l'Union (3,5 millions de tonnes attendues cette année) avec l'Italie (2,3 millions de t) et la France (1,5 million de t).

Viandes... En viande bovine, le premier fournisseur de la Russie reste de loin le Brésil, devant les autres pays d'Amérique latine et l'Amérique du Nord (soumise elle aussi aux sanctions pour les États-Unis).

La contribution de l'UE quant à elle était déjà en net recul depuis 2013 (moins de 50.000 tonnes équivalent carcasse contre 100.000 en 2011 selon l'Institut de l'élevage), en raison de restrictions sanitaires souvent comprises comme des "prétextes politiques", relève Guy Hermouet, vice-président de la Fédération nationale bovine chargé de l'exportation.

Quant au porc, les exportations européennes ont été totalement suspendues par l'embargo russe décrété le 29 janvier au motif de la peste porcine, arguant de cas décelés sur des sangliers.

Ce sont principalement la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne qui auront à pâtir de ce coup de frein, juge-t-il.

Produits laitiers... Le Danemark et les Pays-Bas seront les plus exposés pour les produits laitiers - la France qui a vendu l'an passé pour 119 millions d'euros de produits laitiers à la Russie représentait moins de 4% des importations du pays dans ce secteur.

Poissons... Les éleveurs de saumon norvégiens, Marine Harvest en tête, ont eux déjà pris l'eau ce jeudi à la Bourse d'Oslo. La Russie est le principal débouché pour les produits halieutiques norvégiens et l'un des plus gros marchés au monde pour le saumon.

En milieu de journée, l'action Marine Harvest, premier producteur de saumon au monde, décrochait de 11,3% à la Bourse d'Oslo. Norway Royal Salmon perdait 9,6%, Salmar 9,5%, Leroey Seafood 8,1% et The Scottish Salmon Company 8,2%.

"Nous attendons d'en savoir plus sur les pays et les produits concernés", a déclaré à l'AFP le porte-parole de l'organisme de promotion des produits marins norvégiens, Christian Chramer.

Selon cet organisme, les exportations norvégiennes de poisson vers la Russie ont pesé 6,5 milliards de couronnes (776 millions d'euros) l'an dernier, essentiellement du saumon et de la truite, mais aussi du hareng et du maquereau.

Chez Marine Harvest, on dit "suivre la situation de près". En 2013, la Russie avait absorbé 5% des ventes du géant du saumon contrôlé par l'homme d'affaires chypriote d'origine norvégienne John Fredriksen.

La Norvège, si elle n'est pas membre de l'UE, a exprimé son intention de se joindre aux sanctions adoptées par les Vingt-huit. Le pays fait également partie de l'Espace économique européen, aux côtés des 28 pays membres de l'Union européenne, de l'Islande et du Liechtenstein.

Nos partenaires