Elio Di Rupo veut confronter ses chiffres à ceux de la direction de Doosan

03/09/14 à 14:27 - Mise à jour à 14:27

Elio Di Rupo, Premier Ministre et bourgmestre en titre de Mons, a rencontré mercredi matin les syndicats et les employés de l'entreprise framerisoise Doosan. Il a demandé à la Direction de Doosan de réexaminer la décision de fermer la production de Frameries à la lumière des résultats positifs de l'entreprise.

Elio Di Rupo veut confronter ses chiffres à ceux de la direction de Doosan

© Image Globe

Elio Di Rupo a rencontré mercredi matin à Mons les syndicats et représentants du personnel de Doosan à Frameries en compagnie du bourgmestre de Frameries en titre, Jean-Marc Dupont, et du député-bourgmestre d'Hensies Eric Thiébaut. M. Di Rupo a répété que la décision prise par les dirigeants de l'entreprise "est très choquante" au vu des éléments qu'il a pu obtenir mardi.

Elio Di Rupo a notamment indiqué que les analyses de son cabinet ont montré que, contrairement aux pertes cumulées de 71 millions d'euros annoncées par la direction de Doosan, les résultats de l'entreprise sont positifs. Il a également noté que le coût de la main d'oeuvre chez Doosan Frameries ne dépasse pas les 10% et que les volumes de production sont en augmentation, après que la direction a déclaré il y a deux mois la possibilité de stopper le chômage économique. Quelque 55% de modèles produits par Doosan sont fabriqués à Frameries pour 45% en Corée. Elio Di Rupo a également souligné la flexibilité des travailleurs, notamment dans l'instauration du chômage économique, qui a permis à Doosan de récupérer plus de 2 millions d'euros par an, soit 10 % de la masse salariale.

Le Premier ministre a encore rappelé que l'entreprise coréenne a reçu de nombreuses aides fédérales et wallonnes, de réductions d'impôts conséquentes, d'importantes réductions de cotisations sociales de l'ordre de 600.000 euros par an, et que le bénéfice cumulé de l'entreprise se chiffre à 17 millions d'euros.

Elio Di Rupo a tenu à répéter à la direction de Doosan son étonnement et sa volonté de préserver la production et l'emploi à Frameries. Il demandera que la situation soit réexaminée à la lumière des chiffres positifs engrangés par l'entreprise.

De leur côté, les syndicats avaient déclaré mardi que la décision de fermer la production chez Doosan à Frameries émanait d'une stratégie d'entreprise de la société Doosan et n'était en rien motivée par des raisons économiques, contrairement aux annonces faites par la direction.

En savoir plus sur:

Nos partenaires