Electrabel : il y a de l'électricité sociale dans l'air

15/10/10 à 15:33 - Mise à jour à 15:33

Source: Trends-Tendances

Suite au licenciement d'un travailleur pour "rupture de confiance", la tension sociale monte chez Electrabel. Selon le secrétaire de Gazelco (FGTB), le risque d'un préavis de grève général est grand.

Electrabel : il y a de l'électricité sociale dans l'air

© Reuters

La tension sociale monte chez Electrabel en raison du licenciement d'un travailleur. Un préavis de grève générale pourrait tomber, selon Jan Vanwijngaerden, secrétaire de Gazelco (FGTB).

Le travailleur concerné évoluait au sein de la division MCC, qui a en charge l'entretien dans les centrales de production d'Electrabel. Le travailleur, qui affichait 22 ans de service au compteur, aurait été, dans le cadre d'un conflit entre sous-traitants, soupçonné de "favoritisme" à l'égard d'un sous-traitant précis.

Pour les syndicats, il n'y a aucune preuve à cet égard. La direction parle de "rupture de confiance" pour justifier le licenciement, selon Jan Vanwijngaerden : "Un élément qu'il est très difficile de contester sur le plan juridique."

La direction se base sur un "code éthique" au sein de la totalité du groupe GDF Suez : "Un élément qui est établi unilatéralement et qui n'est pas coulé dans des CCT ou dans un règlement de travail."

Des actions, telles que la non-prestation d'heures supplémentaires, ont déjà débuté au sein des MCC. Le reste du personnel au sein des centrales soutient les mouvements. Les syndicats veulent la réintégration du travailleur licencié et un débat plus large concernant le code éthique. Ils se réuniront lundi pour décider d'actions futures. Selon le secrétaire de Gazelco, le risque d'un préavis de grève général est grand.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires