EDF Luminus met à l'arrêt de nouvelles centrales

10/12/13 à 10:53 - Mise à jour à 10:53

Source: Trends-Tendances

EDF Luminus a annoncé au cours d'un conseil d'entreprise, la mise à l'arrêt temporaire des centrales d'Angleur (78 MW) et d'Izegem (22 MW) ainsi que la fermeture définitive de l'unité au fioul de Monsin (70 MW, Liège), a indiqué la CGSP mardi matin.

EDF Luminus met à l'arrêt de nouvelles centrales

© Belga

"Dans un contexte économique particulièrement défavorable aux centrales au gaz, EDF Luminus a décidé de notifier aux autorités compétentes la mise à l'arrêt temporaire des centrales d'Izegem et d'Angleur et la mise à l'arrêt définitive de la centrale de Monsin à partir du 1er avril 2015", a par la suite confirmé l'entreprise.

L'unité thermique de Monsin, mise en service en 1972 et "en fin de vie industrielle", sera ainsi fermée au terme du préavis de 15 mois prévu par la loi. Quant aux unités thermiques d'Angleur TG3 (lancée en 1978) et d'Izegem (1995), elles seront mises sous cocon elles aussi dans 15 mois.

Pas d'impact sur le personnel

Ces mesures n'auront pas d'impact sur le personnel, a affirmé EDF Luminus selon qui les équipes de maintenance seront réaffectées sur le site des autres centrales thermiques ainsi que vers les activités hydrauliques et éoliennes du groupe.
Enfin, l'unité hydraulique d'Andenne nécessite des investissements, sur lesquels le conseil d'administration devrait se prononcer dans la semaine.

"En 2012 et 2013, les centrales au gaz d'EDF Luminus n'ont que très peu fonctionné et aucune amélioration à court ou moyen terme n'est prévisible" en raison notamment de la baisse de la demande d'électricité, de la croissance des énergies renouvelables, de la concurrence des centrales au charbon en Europe et de la surproduction du parc européen, a justifié EDF Luminus.

Pour rappel, le groupe - qui représente 10 pc de la capacité de production énergétique belge - a déjà lancé, au cours du premier semestre de cette année, la procédure de mise sous cocon de la centrale TGV de Seraing (400 MW). Au total, la perte de production pourrait s'élever à 552 MW, a déjà calculé le syndicat socialiste.

En savoir plus sur:

Nos partenaires