Duferco La Louvière : la fermeture envisagée, selon la FGTB

21/03/13 à 08:07 - Mise à jour à 08:07

Source: Trends-Tendances

Alors que, selon la FGTB, la volonté de fermeture de Duferco à La Louvière est palpable, la direction de l'entreprise a proposé aux syndicats l'intervention d'un expert pour une analyse approfondie des possibilités de poursuite de l'activité. L'assemblée générale des travailleurs devrait prendre position mercredi prochain.

Duferco La Louvière : la fermeture envisagée, selon la FGTB

© Image Globe

L'entreprise Duferco à La Louvière va-t-elle fermer? C'est le sentiment de la FGTB Métal. Alors qu'un plan de sauvetage de 282 des 444 emplois a été avancé, le syndicat socialiste émet de grands doutes quant à la réelle volonté de la direction de poursuivre l'activité à La Louvière.

"Nous avons fini par sentir qu'il n'y avait pas de solution, pas de volonté de continuer à investir de la part de Duferco", a indiqué Daniel Vander Goten, secrétaire provincial de la FGTB Métal. "Un audit externe nous a été proposé ce mercredi mais à quoi bon?

L'entreprise est à l'arrêt et perd environ un million d'euros par mois. Commençons donc à négocier la fermeture en essayant de consacrer le plus possible de moyens à l'enveloppe sociale. Je ne suis pas nuancé. Malgré les investissements requis, il n'y a pas de volonté de poursuivre. On parle d'une fermeture en deux temps: il n'y a plus de Carsid à Marcinelle, il n'y aura plus de Duferco à La Louvière. Nous exigerons toutefois l'entretien de l'outil louviérois en vue d'une reconversion."

Du côté de Duferco, on fait par contre état d'une double proposition présentée ce mercredi aux syndicats. "La direction de Duferco a proposé aux syndicats un double scénario qui sera soumis au choix de l'assemblée générale des travailleurs mercredi prochain, " indique-t-on chez Duferco. "Ou bien on envisage la fermeture et la négociation d'un plan social, ou bien on fait appel à un audit externe qui analysera en profondeur les réelles possibilités de poursuite de l'activité en sachant que le contexte économique du marché n'est pas bon."

Quant à NLMK, le climat y semble plus serein. Selon la FGTB, un protocole d'accord existe avec sauvegarde de 536 des 604 emplois que comptait l'entreprise en fin 2012. "On sent une réelle volonté de poursuivre l'activité à La Louvière de la part de NLMK, " a précisé Daniel Vander Goten. "Le plan proposé a été établi sur 5 ans avec des investissements stratégiques structurants, un ancrage de la Région wallonne.

De plus, nous passons de la sauvegarde envisagée de 475 emplois à 536, ce qui est un autre élément positif." Le plan sera proposé à l'assemblée générale des travailleurs de NLMK mardi prochain.

Les directions des entreprises sidérurgiques louviéroises Duferco et NLMK avaient annoncé en octobre 2012 un plan d'économies menaçant 601 travailleurs sur les 1.357 employés des deux sites.

En savoir plus sur:

Nos partenaires