D'après Google Images, une femme est secrétaire, pas PDG

16/04/15 à 16:00 - Mise à jour à 16:00

Si vous cherchez "PDG" sur Google Images, n'espérez pas voir s'afficher beaucoup de vignettes représentant des femmes. Les moteurs de recherche auraient plutôt tendance à renforcer les stéréotypes de genre.

D'après Google Images, une femme est secrétaire, pas PDG

Le résultat de la recherche "secrétaire" sur le Google belge. © Capture d'écran Google Images

Récemment, des chercheurs de l'Université de Washington se sont adonnés à un petit test plutôt concluant. Sur le moteur de recherche Google, ils ont tapé le nom de quarante-cinq professions. Les résultats sont pour le moins édifiants...

Des résultats qui ne reflètent pas la réalité

En recherchant "CEO", l'équivalent en anglais de "PDG", par exemple, il s'est avéré que parmi les cent premières images, seuls 11% représentaient des femmes. Le Washington Post a même fait une étonnante découverte: la première 'représentante' de la gent féminine, qui apparaît sur la troisième page seulement, n'est autre qu'une poupée Barbie, "Barbie CEO". Comble de l'ironie, il s'agirait d'un montage parodique réalisé par The Onion... pour illustrer un article sur le fait que les femmes se font rares à la tête des entreprises. Elles sont en tout cas plus nombreuses que ce que Google pourrait vous laisser penser. Aux États-Unis, 27% des patrons seraient en fait des patronnes.

En réalisant des tests similaires sur le Google belge, les résultats ne nous sont guère apparus plus concluants. Pour "PDG", on obtient tout juste sept femmes sur les 400 premiers résultats, la première étant Marissa Mayer, à la tête de Yahoo!. Les autres sont Virginie Calmets, PDG d'Endemol, Canel Frichet, PDG de Winamax, Cathy Guetta au bras d'un grand patron et... deux jeunes femmes en tenue légère illustrant les fantasmes de certains.

Le résultat de la recherche "PDG" sur le Google belge.

Le résultat de la recherche "PDG" sur le Google belge. © Capture d'écran Google Images

Cynthia Matuszek, l'une des initiatrices de l'étude menée par l'Université de Washington, a fait un constat similaire en cherchant des photos de travailleurs dans le bâtiment. Parmi les premières images se trouvaient des femmes en costumes, prenant des poses pour le moins suggestives. Des "choses que personne ne trouverait professionnel", d'après la chercheuse.

En tapant "secrétaire", nous avons trouvé trois hommes dans les cinquante premières propositions... Mais deux d'entre eux étaient des médecins qui semblaient conseiller une secrétaire médicale. En tapant "infirmier" (et non "infirmière"), seuls 17 hommes sur 50 illustrations nous sont apparus. Et du côté des médecins, nous avons compté 34 hommes, pour 8 femmes.

La palme revient aux ingénieurs: une seule femme a réussi à se glisser parmi les cinquante premières vignettes.

Les images modifieraient nos perceptions

Si les résultats de l'enquête de l'Université de Washington inquiètent, c'est avant tout parce qu'ils pourraient y avoir des conséquences sur les perceptions des individus. Pour étayer cette thèse, les chercheurs ont déniché 21 cobayes. Ces derniers ont d'abord répondu à une série de questions, comme "à votre avis quel est le pourcentage d'hommes chez les médecins ?", ou encore, à partir d'une photo, "pensez-vous que son travail a l'air efficace ?". Deux semaines plus tard, les sujets ont été placés face à un écran sur lequel on leur a montré les résultats de recherches Google. On leur a ensuite reposé les mêmes questions que la première fois. Pour 7% de l'échantillon, les réponses avaient changé de manière significative. Plus la personne figurant sur la photo correspondait à un stéréotype de genre, plus elle était jugée compétente. Interrogée par le Washington Post, Cynthia Matuszek a ainsi expliqué que le principal problème ne venait pas des résultats en eux-mêmes, mais de ce qu'ils révélaient. "C'est une partie du cycle: la manière dont les gens perçoivent les choses affecte les résultats de la recherche, qui affecte la manière dont les gens perçoivent les choses", a-t-elle confié au journal.

Certaines banques d'images tentent comme elles peuvent d'inverser cette tendance. C'est le cas de Getty Images. L'an dernier, l'agence a lancé sa Lean In Collection, une série de photographies montrant des femmes "puissantes" qui font de la musculation, de l'informatique, ou escaladent des montagnes. Le succès semble être au rendez-vous: elles se sont vendues dans plus de 60 pays. Pour répondre à la demande, Getty Images a même élargi son répertoire: de 2.500 illustrations, l'agence est passée au double en seulement quelques mois. Sa meilleure vente ? La photo d'un homme et d'une femme qui regardent, ensemble, des prototypes de chaussures qu'ils ont a priori conçues.

Perrine Signoret

Nos partenaires