Crainte de licenciements suite à la fusion Medialaan/De Persgroep

21/03/18 à 17:58 - Mise à jour à 22/03/18 à 09:47

Source: Belga

Les syndicats de De Persgroep Publishing et de Medialaan s'inquiètent de possibles licenciements à la suite du rapprochement des groupes médiatiques dans une même structure. Ils demandent une concertation sociale à la direction.

Crainte de licenciements suite à la fusion Medialaan/De Persgroep

© web

Mercredi, il a été annoncé que toutes les rédactions de Medialaan (VTM, Q-Music) et de De Persgroep Publishing (Humo, Het Laatste Nieuws, De Morgen) allaient collaborer à terme dans un seul site. La direction a annoncé qu'il n'y aurait pas de licenciement et les syndicats n'ont pas reçu d'informations contraires. Toutefois, le personnel est inquiet. "Lors d'une fusion entre grandes entreprises, il y a toujours beaucoup de craintes quant à des suppressions d'emplois", souligne Tijs Hostyn, du syndicat chrétien LBC.

Stephan Galon du syndicat BBTK (Setca) et Kevin Lefever du syndicat ACVLB (CGSLB) font le même constat. "Notre expérience nous apprend qu'il existe des doublons lors de grandes fusions. Nous sommes donc inquiets d'une possible restructuration et de licenciements graduels", explique M. Galon. Chez les journalistes des deux entreprises, l'anxiété et l'inquiétude règnent à la suite d'un possible déménagement vers Anvers. "Bruxelles est le coeur politique et économique de la Belgique et de l'Union européenne. Les journalistes se posent des questions quant à un déménagement vers Anvers. Comment pourront-ils atteindre rapidement Bruxelles avec tous ces bouchons?", se demande M. Galon.

Les syndicats demandent une concertation sociale avec la direction. "Une entreprise qui entreprend un tel changement doit offrir un bon cadre social. Nous constatons toujours qu'il fait défaut. Nous espérons nous retrouver rapidement autour de la table avec direction pour mettre en oeuvre la concertation", souligne M. Hostyn.

Nos partenaires