Comment relancer l'industrie wallonne

30/06/17 à 15:22 - Mise à jour à 15:22

Source: Belga

Le Conseil wallon de l'industrie a présenté vendredi au vice-président du gouvernement wallon et ministre wallon de l'Économie, de l'Industrie et de l'Innovation, Jean-Claude Marcourt, treize mesures phares autour de trois axes de "progrès majeurs" pour améliorer la compétitivité du tissu industriel wallon. Ce travail servira de base à une nouvelle ambition industrielle pour la Wallonie reprenant des objectifs à atteindre pour 2030.

Comment relancer l'industrie wallonne

Jean-Claude Marcourt © Belga

Dans le but de renforcer la politique industrielle de la Wallonie et en parallèle des actions déjà mises en oeuvre (Plan Marshall, Digital Wallonia, Small Business...), le Conseil wallon de l'industrie, formé par 21 industriels, a formulé des recommandations au gouvernement régional en se fixant quatre objectifs chiffrés.

Il s'agit d'augmenter le poids de l'industrie wallonne en atteignant d'ici 2030: 20% du PIB (contre 14,2% en 2015), 20% d'investissements (14,9% en 2015), et 75% des exportations (60,2% en 2015). Le Conseil vise aussi la création d'emplois (75% en 2030).

"Ces objectifs sont ambitieux, mais au-delà des chiffres, c'est aussi montrer l'ambition de la Région wallonne et signaler que les prérequis sont là", a commenté le ministre.

Le Conseil a ensuite rédigé 13 mesures phares autour de trois axes que sont, le capital humain, l'innovation et les chaînes de valeurs.

Parmi les mesures: améliorer l'attractivité des études scientifiques et techniques, renforcer l'enseignement en alternance et les stages, décloisonner la recherche en amont réalisée dans les pôles académiques ou encore augmenter l'ancrage wallon des chaînes de valeur et développer l'industrie circulaire.

Pour assurer la bonne gouvernance et une mise en oeuvre efficace, les industriels ont proposé de mettre en place un Comité restreint de l'industrie.

"L'ensemble de ces propositions sera soumis à l'analyse du conseil des ministres de jeudi prochain et permettra la mise en place d'un suivi, a précisé le ministre.

Nos partenaires