Comment éviter une baisse de productivité après un match des Diables Rouges

08/06/16 à 12:38 - Mise à jour à 12:38

Source: Belga

Sept employeurs belges sur dix pressentent une forte baisse de productivité sur le lieu de travail au lendemain des matches des Diables Rouges à l'Euro 2016, ressort-il mercredi d'une enquête réalisée par la société Robert Half. Comment endiguer ce phénomène ?

Comment éviter une baisse de productivité après un match des Diables Rouges

© BELGA

Afin de s'assurer d'une productivité élevée dans les semaines à venir, la société de recrutement spécialisée Robert Half, sur base de son enquête réalisée auprès de 200 responsables RH, recommande dès lors de ne pas prévoir de réunions importantes en matinée au lendemain d'une rencontre de la Belgique et d'adapter l'horaire de travail pour que tout le monde puisse rentrer avant le début du match.

Le constat des responsables RH est le même en prévision des Jeux olympiques. Seul un quart d'entre eux (27 %) s'attend à ce que les compétitions sportives n'aient pas de conséquences importantes et à peine 4% sont d'avis que cela ne fera aucune différence.

Robert Half invite dès lors les employeurs à encourager leurs travailleurs à se concentrer entièrement sur leurs tâches pendant les heures de travail tout en leur offrant la possibilité de partir une heure plus tôt pour ne pas manquer le début du match. La société de recrutement suggère aussi de prévoir une TV afin que les employés puissent regarder les matchs ensembles, "et pourquoi pas avec une collation et une boisson" afin d'améliorer la cohésion et le bon esprit d'équipe.

Dans le secteur public, un peu plus de 79% des responsables RH s'attendent à ce que le nombre d'absences augmente et que la productivité diminue au cours des prochaines semaines, soit 10% de plus que ce qui est généralement admis.

D'après Robert Half, la tendance devrait être similaire en France (63% d'employeurs redoutent une baisse de la productivité durant l'Euro ou les JO), au Royaume-Uni (73%) et en Allemagne (79%).

En savoir plus sur:

Nos partenaires