Cobelguard : de la surveillance au transport de fonds

18/02/11 à 10:11 - Mise à jour à 10:11

Source: Trends-Tendances

Cobelguard a repris une part des actifs de Brink's Belgium, notamment des coffres intelligents, des gilets pare-balles et des armes. La société de surveillance compte bien se lancer dans le transport de valeurs... sans se précipiter.

Cobelguard : de la surveillance au transport de fonds

© Belga

La société de surveillance Cobelguard, qui vient de reprendre une partie de Brink's Belgium, veut se lancer sur le marché du transport de valeurs, a annoncé jeudi la société dont le siège est établi à Aarsele (Flandre-Occidentale).

Concrètement, Cobelguard a repris les bâtiments gantois de Brink's, 14 camions et du matériel comme des coffres intelligents, des gilets pare-balles et des armes, pour un montant qu'elle n'a pas voulu dévoiler.

"Une grande partie des clients pour lesquels nous effectuons des missions de surveillance sont également demandeurs de transports de fonds et de valeurs, a déclaré Stefan De Bock, responsable de la société, au cours d'une conférence de presse. Nous étudions ce marché depuis pas mal de temps, mais la faillite de Brink's nous a donné un coup d'accélérateur. La partie des actifs que nous avons repris rend possible, en théorie, notre arrivée sur le marché dès demain."

Cobelguard n'entend toutefois rien précipiter : "Notre organisation doit d'abord s'adapter à ces nouvelles activités. Mieux vaut prendre son temps pour un bon départ que vouloir aller vite et fournir, finalement, un service de mauvaise qualité."

Si elle souhaite offrir la possibilité à ses employés de s'investir dans ses nouvelles activités, Cobelguard fera également appel à d'anciens collaborateurs de Brink's. Ceci dit, le nombre d'engagements, au début, ne sera pas spectaculaire.

Cobelguard emploie 1.450 travailleurs pour un chiffre d'affaires de quelque 60 millions d'euros en 2010.Le capital est pour 60 % entre les mains privées de Dirk Goethals et Stefan De Bock, et pour 40 % entre les mains d'Ackermans & van Haaren, peut-on lire sur son site Internet.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires