Cigarettes "fun" : le dossier rebondit au Conseil d'Etat

27/03/12 à 20:37 - Mise à jour à 20:37

Source: Trends-Tendances

British American Tobacco conteste, devant le Conseil d'Etat, la décision de la ministre Onkelinx de lui refuser l'utilisation de trois certains ingrédients dans la fabrication de ses cigarettes. Un dossier qui avait déjà valu au Crioc une assignation en justice.

Cigarettes "fun" : le dossier rebondit au Conseil d'Etat

© Thinkstock

British American Tobacco (BAT) Belgium a demandé au Conseil d'Etat d'annuler la décision de la ministre de la Santé, Laurette Onkelinx, de refuser à l'entreprise l'autorisation d'ajouter trois ingrédients dans la fabrication de ses cigarettes, a-t-elle indiqué mardi dans un communiqué.

"Cette décision constitue une infraction aux principes constitutionnels fondamentaux de non-discrimination, d'impartialité et de réserve", estime le cigarettier, qui souligne que les substances qu'il envisageait d'introduire sur le marché belge sont déjà utilisées dans plus de 40 pays, dont la France, le Luxembourg et les Pays-Bas. "Ces ingrédients entrent également dans la composition de divers produits alimentaires en Belgique et ailleurs."

BAT vs Crioc : que cachent vraiment ces trois ingrédients "fun" ?

Mi-janvier, BAT avait assigné en justice le Crioc pour avoir diffusé des informations confidentielles ainsi que "des inexactitudes grossières" à propos de la procédure de demande confidentielle d'ajout d'ingrédients. "Cela a gravement nui à la réputation de la firme et a empêché que la procédure se déroule en toute objectivité, dénonce à nouveau l'entreprise. Nous sommes persuadés que cette procédure de demande a été particulièrement mal gérée dès le départ et nous a été extrêmement préjudiciable."

Le fabricant de cigarettes des marques Lucky Strike, Belga et autres Tigra avait pour objectif d'utiliser trois nouveaux ingrédients : la première donne une fumée bleue, la deuxième a un effet relaxant et la troisième calme la faim.

Le Centre de recherche et d'information des organisations de consommateurs avait, au début de l'année, commenté en ces termes chacun de ces trois substances :

- le colorant bleu E133, dont "l'objectif est, sans doute, de charmer certains jeunes. Cet additif aura comme effet de colorer la fumée en bleu, permettant ainsi de se différencier ou de se faire remarquer. De plus ce colorant est halal et casher, question de ne pas de priver d'un segment de la population."

- la gomme gélatine E418, "également halal et casher" et qui "a certains effets laxatifs. Or, certaines personnes fument une cigarette pour aller aux toilettes : ce public sera séduit. Cet additif accroît le goût du tabac et peut aussi diminuer l'âcreté du tabac qui est un frein au tabagisme des jeunes. L'E418 servira aussi à fixer le MCT qui est liquide."

- le Medium Chain Triglycérides (MCT), qui "peut être utilisé pour soigner l'épilepsie mais est aussi un coupe-faim. On peut donc postuler que cette substance permettra de renforcer l'idée selon laquelle fumer permet de maigrir ou coupe efficacement la sensation de faim. Or, les jeunes sont très sensibles à cet argument, en particulier ceux qui tentent de copier l'image véhiculée par la publicité et les autres médias. Cerise sur le gâteau, la crainte d'arrêter et de risquer de prendre du poids sera renforcée."

Conclusion du Crioc : "Voilà donc trois substances qui sont relativement inoffensives mais dont l'usage risque bien de renforcer les ventes de cigarettes auprès d'un public particulièrement courtisé. Car plus tôt on commence à fumer, plus longtemps on fumera. Il s'agit donc des fumeurs de demain."

V.D., avec Belga

Nos partenaires