Chokotoff et Mignonnettes quittent la Belgique

20/06/11 à 14:57 - Mise à jour à 14:57

Source: Trends-Tendances

Certains produits non stratégiques quitteront l'usine Kraft Foods de Hal pour d'autres sites du groupe en Europe. Avec, à la clé, la perte de près d'un quart des emplois pour l'implantation belge, qui a en revanché été reconnue comme "future usine stratégique pour la production du chocolat Côte d'Or".

Chokotoff et Mignonnettes quittent la Belgique

© Image Globe/Julien Warnand

Le transfert vers d'autres sites européens d'une partie de la production de l'usine Kraft Foods à Hal pourrait entraîner la perte de 99 emplois (23 employés et 76 ouvriers) sur les 418 que compte le site belge, a annoncé la direction lundi à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire.

"Nous sommes prêts à envisager toutes les solutions qui permettraient de réduire le nombre de licenciements à un strict minimum, notamment par le recours à des départs volontaires, précise Paul Meuwes, directeur de l'usine, cité dans un communiqué. J'ai proposé à nos partenaires sociaux d'entamer un dialogue constructif et de s'associer à nous pour assurer l'avenir de l'usine de Hal."

Kraft Foods a confirmé que des produits "non-clés" pour l'usine du Brabant flamand, soit les Mignonnettes, les Bouchées et les Chokotoff, seront transférés vers d'autres sites de Kraft Foods en Europe mais seront toujours fabriqués avec le chocolat produit à Hal, précise l'entreprise.

Dans le même temps, Kraft Foods a annoncé lundi que l'usine de Hal a été reconnue comme "future usine stratégique pour la production du chocolat Côte d'Or et la production de tablettes et bâtons Côte d'Or au sein du réseau européen de production de chocolat de la société""

"Les investissements qui seront réalisés à l'avenir dans l'usine de Hal seront centrés sur ces produits-clés", a encore souligné Kraft Foods, dont l'objectif est d'assurer "l'avenir à long terme de l'usine sur un marché extrêmement compétitif".

Les pertes d'emploi annoncées sont plus importantes que ce qu'attendaient les syndicats. En guise de protestation, ils proposeront d'arrêter le travail pour 48 heures dès ce lundi après-midi.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires