Chimie : le chiffre d'affaires du secteur a progressé en 2012 malgré la crise

24/04/13 à 13:52 - Mise à jour à 13:52

Source: Trends-Tendances

Le chiffre d'affaires de l'industrie belge de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie a atteint 61,1 milliards d'euros en 2012, en progression par rapport à 2011 (son chiffre d'affaires était alors de 58,9 milliards d'euros) et ce malgré la crise, a annoncé mercredi essenscia.

Chimie : le chiffre d'affaires du secteur a progressé en 2012 malgré la crise

© Thinkstock

La fédération des entreprises chimiques et des sciences de la vie estime que le secteur a "bien résisté en 2012" malgré la crise économique.

Les chiffres d'affaires des secteurs de la pharma, de la chimie de base et des savons/détergents/cosmétiques ont progressé respectivement de 11,8%, de 4,4% et de 3,9%. Tandis que ceux des autres produits chimiques (colles, produits agricoles etc... -2%), des transformations de matières plastiques et caoutchouc (-5,4%) et des peintures (-7,2%) ont reculé.

"Les investissements ont chuté juste sous le niveau tendanciel historique pour s'établir à 1,6 milliard d'euros", souligne encore essenscia. Ce qui représente une baisse de 8,5% par rapport à 2011. Toutefois, les investissements en R&D ont continué à croître pour atteindre 2,75 milliards d'euros, soit 1% de hausse.

En 2012, le secteur employait par ailleurs 89.700 personnes, ce qui représente un léger recul de 0,7% sur base annuel.

L'industrie de la chimie et de la pharma demeure le leader incontesté en matière d'exportation représentant un tiers des exportations totales belges et affichant une balance commerciale positive de 24 milliards d'euros.

Pour l'année 2013, essenscia n'entrevoit "aucun signe de croissance substantielle et s'inquiète de la politique énergétique et climatique en Belgique et en Europe". "L'exploitation du gaz de schiste bon marché aux USA engendre une véritable reconfiguration du paysage énergétique et met la compétitivité de la chimie européenne à rude épreuve. De plus, en Belgique, les surcoûts croissants liés aux énergies renouvelables déraillent par rapport à nos pays voisins. Essenscia lance donc un appel à l'action auprès du gouvernement afin qu'il prenne des mesures pour préserver l'avenir de l'industrie dans notre pays", conclut la fédération.

En savoir plus sur:

Nos partenaires